NOUVELLES

Les Canadiens affirment en majorité vouloir investir pour leur retraite

11/02/2013 01:50 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

TORONTO - Les Canadiens affirment en majorité avoir l'intention d'investir pour leur retraite cette année, mais la probabilité que cela se produise est relativement mince, selon une étude la Banque CIBC (TSX:CM).

Soixante pour cent des Canadiens ont affirmé qu'ils cotiseraient à un régime enregistré d'épargne-retraite (REER), à un compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou aux deux en 2013, permettent de constater les résultats du sondage, rendus publics lundi par la banque.

Vingt-huit pour cent ont dit qu'ils cotiseraient à la fois à leur REER et à leur CELI cette année, 19 pour cent ont affirmé qu'ils ne cotiseraient qu'à leur REER, et 13 pour cent ont déclaré qu'ils ne cotiseraient qu'à leur CELI.

«Bien que le fait que tant de Canadiens admissibles prévoient cotiser pour leur retraite cette année soit une bonne nouvelle, notre expérience des années passées nous porte à croire qu'environ 26 pour cent seulement des contribuables admissibles ont réellement cotisé à leur REER», a affirmé le directeur gestionnaire à la planification fiscale et successorale de la Banque CIBC, Jamie Golombek, dans un communiqué.

«Si vous n'avez pas l'argent nécessaire pour cotiser à votre épargne-retraite, un examen approfondi de votre budget pourrait vous fournir la solution. Le fait d'épargner en vue de la retraite consiste essentiellement à reporter à plus tard certaines dépenses de consommation», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, 31 pour cent ont indiqué qu'ils ne cotiseraient pas à leur fonds de pension cette année, comparativement à 28 pour cent en 2012.

Trente-cinq pour cent des Canadiens n'ayant pas cotisé à leur épargne-retraite l'an dernier ont donné comme raison principale qu'ils n'avaient pas d'argent pour le faire.

M. Golombek recommande d'établir un plan d'investissement régulier afin de rendre plus facile l'épargne en vue de la retraite.

«Il est plus facile de faire de plus petites cotisations régulières tout au long de l'année que de cotiser un montant forfaitaire important à votre REER», a expliqué M. Golombek.

«Si vous prenez des arrangements pour qu'une partie de chacun de vos chèques de paie soit automatiquement versée à un compte de REER ou à votre CELI, vous ne pourrez pas dépenser cet argent», a-t-il expliqué.

Les personnes consultées au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta (65 pour cent) étaient les plus susceptibles de dire qu'ils avaient l'intention de cotiser à leur REER ou CELI cette année, tandis que seulement 53 pour cent des Québécois prévoyaient cotiser à leur épargne-retraite.

Le sondage téléphonique a été mené pour le compte de la Banque CIBC par Harris/Décima auprès de 1740 Canadiens âgés de 18 à 72 ans, entre le 13 décembre et le 7 janvier. La marge d'erreur est de plus ou moins 2,35 pour cent, 19 fois sur 20.

PLUS:pc