NOUVELLES

Le successeur de Benoît XVI connu fin mars

11/02/2013 09:06 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Le Vatican a annoncé que le successeur du pape Benoît XVI sera désigné avant la fin du mois de mars prochain.

La démission annoncée du pape pour le 28 février permettra au conclave, l'assemblée des cardinaux, de se réunir dans les jours qui suivront la démission, puisque la période de deuil suivant la mort d'un pape ne sera pas nécessaire.

« Nous devrions avoir un nouveau pape pour Pâques », a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, ajoutant qu'un conclave devrait être organisé dans les 15-20 jours suivant la démission.

Certains fidèles espèrent l'élection d'un nouveau pape pour le début de la semaine sainte, le 24 mars prochain. Le nouveau pape pourrait ainsi présider aux cérémonies et célébrations de la fête de Pâques.

Le doyen du Collège des cardinaux, Angelo Sodano, assurera la transition le 28 février prochain, à partir de 20 h. M. Sodano dirigera ainsi l'Église catholique en attendant l'élection d'un nouveau pape.

La majorité des cardinaux électeurs ont été élus sous le règne de Jean-Paul II et quelques-uns sous Benoît XVI. Les cardinaux canadiens Jean-Claude Turcotte, Thomas Collins et Marc Ouellet pourront voter lors du conclave.

Près de la moitié des cardinaux électeurs proviennent d'Europe, bien que la population de ce continent ne représente que 25 % des fidèles catholiques romains de la planète. L'Amérique du Sud, de son côté, représente 42 % des 1,2 milliard de catholiques romains.

Certains cardinaux soutiennent que l'Église pourrait être mûre pour élire son premier pape non européen. « Je connais plusieurs évêques et cardinaux d'Amérique latine qui pourraient prendre la responsabilité de l'Église universelle », a déclaré l'archevêque Gerhard Mueller, qui a succédé au cardinal Joseph Ratzinger à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Les principaux candidats de l'Amérique latine sont l'archevêque de Sao Paolo, Odilo Scherer, et l'Italo-Argentin Leonardo Sandri, qui dirige le département des Églises d'Orient au Vatican.

Si le Collège des cardinaux venait à pencher du côté de l'Afrique, le Ghanéen Peter Turkson, qui dirige le département de la Justice et de la Paix au Vatican, serait l'un des favoris.

En Europe, les têtes d'affiche sont le cardinal Angelo Scola, qui est archevêque de Milan, et le cardinal Christoph Schoenborn, archevêque de Vienne.

Le Canadien Marc Ouellet est également pressenti.

PLUS:rc