NOUVELLES

Le pape Benoît XVI annonce qu'il quittera ses fonctions le 28 février

11/02/2013 06:06 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Évoquant une santé chancelante, le pape Benoît XVI a annoncé lundi qu'il quitterait ses fonctions le 28 février, devenant ainsi le premier souverain pontife à prendre cette décision en près de 600 ans.

Un conclave sera organisé d'ici la fin du mois de mars afin de choisir un nouveau pape.

Parmi ses successeurs potentiels figure le cardinal québécois Marc Ouellet, qui est actuellement préfet de la Congrégation pour les évêques.

Le pape Benoît XVI, âgé de 85 ans, a annoncé sa décision en latin lundi matin à l'occasion d'une rencontre avec des cardinaux au Vatican.

Sa décision a suspris ses plus proches collaborateurs, même si le pape avait indiqué dans le passé qu'il démissionnerait s'il se sentait trop vieux ou trop malade pour s'acquitter de ses responsabilités. Benoît XVI a déclaré que sa décision était «d'une grande importance pour la vie de l'Église».

Le pape démissionnaire aura une grande influence sur le choix de son successeur. Il a déjà nommé la majorité des membres du Collège des cardinaux — les princes de l'Église qui choisiront le prochain pape — pour garantir la survie de son héritage conservateur et assurer l'orthodoxie de l'Église.

Plusieurs cardinaux bien en vue peuvent aspirer à la papauté, mais aucun ne fait figure de favori, soit la même situation que celle qui prévalait en 2005, quand Benoît XVI a été élu après la mort de Jean Paul II.

Le Vatican a affirmé qu'aucun problème médical particulier n'avait contraint le pape à quitter ses fonctions, mais Benoît XVI avait considérablement ralenti ses activités au cours des dernières années, réduisant notamment ses voyages à l'étranger et ses apparitions publiques. Il utilise parfois une plateforme mobile ou une canne pour ses déplacements.

Son frère de 89 ans, Georg Ratzinger, a révélé que ses médecins lui avaient conseillé d'éviter tout nouveau déplacement outre-Atlantique.

«Son âge commence à lui peser, a dit M. Ratzinger à l'agence de presse allemande dpa. À son âge, mon frère souhaite se reposer un peu plus.»

Benoît XVI a expliqué que le devoir d'un pape, qui dirige plus d'un milliard de catholiques à travers le monde, nécessitait «la vigueur du corps et de l'esprit».

«Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien, a-t-il déclaré aux cardinaux. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière».

«Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Évangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s'est amoindrie en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié», a ajouté Benoît XVI.

Le droit canon autorise les papes à démissionner, en autant qu'ils prennent cette décision de leur plein gré.

Le dernier pape à avoir démissionné était Grégoire XII, qui avait quitté ses fonctions en 1415 pour mettre fin au grand schisme d'Occident né de la rivalité entre différents prétendants à la papauté. Le pape Célestin V avait également démissionné en 1294.

L'ancien cardinal Ratzinger prévoyait déjà se retirer dans sa Bavière natale quand il a été élu pape à l'âge de 78 ans. Lundi, le Vatican a révélé qu'il comptait terminer ses jours dans un monastère cloîtré.

Dans une entrevue accordée en avril à l'organisation de presse catholique Salt + Light TV, le cardinal Ouellet a déclaré qu'il ne s'est jamais imaginé devenir pape un jour, en raison de toutes les responsabilités que cela implique.

«Mais d'un autre côté, je crois que l'Esprit-Saint aidera les cardinaux à choisir un bon leader pour l'avenir de l'Église catholique», avait-il ajouté.

La moitié des catholiques de la planète habitent l'hémisphère sud, ce qui pourrait favoriser le choix d'un pape provenant des pays en développement.

PLUS:pc