NOUVELLES

Le chef d'état-major guinéen tué dans un accident d'avion au Liberia

11/02/2013 08:38 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

CHARLESVILLE, Liberia - Pas moins de onze corps ont été retirés de la carcasse d'un avion militaire guinéen qui s'est écrasé lundi matin au Liberia, ont indiqué les autorités.

L'appareil, qui transportait le chef d'état-major de l'armée de la Guinée ainsi que d'autres officiers supérieurs, s'est écrasé tôt dans la matinée près du principal aéroport libérien, à Charlesville.

Les militaires guinéens étaient en route pour assister à la cérémonie annuelle des forces armées au Liberia lorsque l'avion s'est écrasé, vers 7 h lundi matin, à environ 45 kilomètres au sud de la capitale libérienne, Monrovia.

Des résidants de Charlesville, consternés par la gravité de l'accident, regardaient les manoeuvres d'un camion des Nations unies pour tenter de retirer du site un pneu de l'avion CN 235 — la seule pièce restante de l'appareil calciné.

Certains d'entre eux ont raconté avoir vu les passagers paniqués tenter en vain de briser les fenêtres de la cabine de pilotage de l'appareil, ajoutant qu'une lourde déflagration avait suivi.

Le chef d'état-major guinéen, le général Souleymane Kelefa Diallo, compte parmi les victimes. Le ministère guinéen de la Défense a indiqué que six délégués de l'armée guinéenne avaient péri dans l'écrasement, en plus des cinq membres d'équipage.

La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, a confirmé l'accident dans un communiqué diffusé par le ministère de la Défense. Après avoir demandé un moment de silence et décrété la journée de mardi comme jour de deuil, la présidente s'est rendue sur le site de l'écrasement, lundi après-midi.

Les dépouilles des victimes ont été transportées à l'hôpital Du-Side, non loin de l'aéroport. Les autorités libériennes ont indiqué que des secouristes avaient été dépêchés sur les lieux de l'accident.

Le président de la Guinée, Alpha Condé, a déclaré par voie de communiqué que le général Namory Traoré avait été nommé chef d'état-major intérimaire de l'armée. Le pays a décrété trois jours de deuil national à la mémoire des victimes.

PLUS:pc