NOUVELLES

Jordanie: le chef du cabinet royal mènera les consultations pour choisir le PM

11/02/2013 06:13 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Le roi de Jordanie Abdallah II a chargé lundi son chef de cabinet de mener les consultations avec les députés nouvellement élus, selon un "nouveau mécanisme" visant à désigner le prochain Premier ministre, selon un communiqué du Palais royal.

"Le roi a confié au chef du cabinet royal Fayez Tarawneh la tâche de débuter les consultations avec la chambre basse du Parlement, nouveau mécanisme pour désigner le Premier ministre et lancer l'expérience du gouvernement parlementaire", a indiqué le texte publié par l'agence officielle Petra.

"M. Tarawneh va rencontrer les groupes parlementaires et les (députés) indépendants avant de communiquer leurs points de vue au roi, de manière transparente, neutre et précise", a ajouté le communiqué.

Six groupes parlementaires ont déjà été formés, composés de 131 députés sur les 150 que comptent la chambre basse du Parlement, dominée par des chefs tribaux, des personnalités proches du régime et des hommes d'affaires indépendants.

Le roi, chargé par la Constitution de nommer le Premier ministre et de mettre fin à ses fonctions, s'était de nouveau engagé dimanche à parvenir "à un consensus" avec le Parlement dans le choix du chef du gouvernement. Une disposition faisant partie de "la transformation historique" vers un système parlementaire.

Le Premier ministre devra lui aussi consulter les différents groupes parlementaires et les diverses forces politiques pour former son gouvernement, avait-il ajouté, à l'occasion de la séance inaugurale du Parlement.

Le Premier ministre Abdallah Nsour a présenté la démission de son gouvernement le 29 janvier, après les élections législatives du 23 janvier boycottée par l'opposition, notamment les Frères musulmans.

Ces derniers avaient estimé que les réformes n'apportaient pas de véritable changement démocratique, exigeant que le Premier ministre soit directement issu de la majorité du Parlement, et non plus nommé par le roi.

La principale force de l'opposition a jugé dimanche que le concept de gouvernement parlementaire était encore "vague".

kt/akh/tg/sw

PLUS:afp