NOUVELLES

Egypte: sécurité renforcée pour le 2è anniversaire de la chute de Moubarak

11/02/2013 06:20 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Les forces de sécurité égyptiennes ont été mises en état d'alerte en prévision de manifestations pro-démocratie prévues lundi en fin d'après-midi pour le deuxième anniversaire de la chute de l'ancien président Hosni Moubarak, a indiqué un responsable de la police à l'AFP.

Les autorités ont renforcé la sécurité autour du palais présidentiel, du ministère de l'Intérieur et de la place Tahrir ainsi qu'autour de plusieurs bâtiments publics.

Les marches devaient partir à 17H00 (15H00 GMT) de plusieurs quartiers du Caire vers Tahrir, l'épicentre des manifestations qui ont contraint M. Moubarak à la démission le 11 février 2011, et le palais présidentiel devant lequel des rassemblements violents, parfois meurtriers, ont été organisés contre le président islamiste Mohamed Morsi.

"La sécurité sera aussi renforcée autour des principales stations de métro après que des groupes ont menacé de bloquer les rails", a dit le responsable de la police.

Des manifestants ont effectivement perturbé brièvement la circulation du métro au niveau d'une station du centre du Caire et des altercations ont éclaté avec les passagers et la police du métro. Un pont important de la capitale a également été bloqué, selon des témoins et la télévision d'Etat.

Des mouvements et partis de l'opposition ont appelé à manifester pour demander à M. Morsi, issu des Frères musulmans, un mouvement longtemps interdit, de réaliser les objectifs de la révolte populaire qui lui a permis d'accéder au pouvoir.

Il y a deux ans, des centaines de milliers d'Egyptiens étaient descendus dans la rue pour célébrer la démission de M. Moubarak, convaincus que le changement démocratique était à portée de main.

Aujourd'hui, beaucoup se disent furieux de voir que les principaux objectifs du soulèvement --la liberté et la justice sociale-- n'ont toujours pas été réalisés et que le pays est divisé entre les partisans islamistes de M. Morsi et une opposition hétéroclite, en majorité libérale et de gauche.

Les manifestations de lundi visent aussi à demander un nouveau gouvernement, d'union nationale cette fois, des amendements à la Constitution rédigée par une commission dominée par les islamistes et le limogeage du Procureur général nommé par M. Morsi.

En plus de la crise politique, le pays traverse une grave crise économique en raison notamment de l'effondrement des investissements étrangers et de la chute du tourisme.

Hosni Moubarak, 84 ans, malade et condamné à la prison à perpétuité, attend quant à lui un nouveau procès dans l'indifférence d'une grande partie de la population, pour qui il appartient déjà au passé.

jaz/iba/tg/hj

PLUS:afp