NOUVELLES

Une TV irakienne attaquée après des critiques contre un ancien chef kurde

10/02/2013 07:43 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

Une bombe a explosé sur le toit d'un bâtiment abritant une chaîne de télévision dans le Kurdistan irakien, au lendemain de la diffusion par ce média de critiques contre un ancien dirigeant kurde, selon un responsable de la sécurité dimanche.

L'attaque a visé la chaîne satellitaire irakienne Nalia samedi à Souleimaniyeh (nord), a-t-il précisé sans pouvoir dire qui en était responsable.

La veille, la chaîne a brièvement diffusé lors de l'émision "Micro libre" des propos d'un auditeur critiquant Mollah Moustapha Barzani, charismatique dirigeant kurde et père de l'actuel président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani. L'auditeur a rapidement été coupé.

Avant l'attaque, quelque 300 partisans du Parti démocrate du Kurdistan (KDP) de M. Barzani avaient tenté de forcer les locaux de la chaîne, avant d'en être empêchés par la police, a indiqué un journaliste de l'AFP.

Le KDP a indiqué ne pas avoir orchestré les manifestations.

Les locaux de Nalia avaient déjà été attaqués en 2011 par des hommes armés.

Dimanche, l'organisation de défense des droits de l'Homme HRW a critiqué dans un communiqué les autorités kurdes pour avoir arrêté des opposants et des journalistes en vertu d'une loi qui n'a pas été approuvée par le parlement régional.

Pour Sarah Leah Whitson, directeur de HRW pour le Moyen-Orient, "le gouvernement régional du Kurdistan ignore ses propres lois protégeant la liberté de presse et de rassemblement, et fait usage de 'lois' qui ne sont pas en vigueur pour faire taire les dissidents".

"Le Kurdistan irakien ressemble de moins en moins à la démocratie ouverte et florissante qu'il prétend être", a-t-elle dit soulignant qu'en 2012, au moins 50 journalistes, opposants et militants y ont été arrêtés, dont sept ont été poursuivis pour avoir insulté des personnalités publiques.

str-ak/psr/cnp/tp

PLUS:afp