NOUVELLES

Nouvel an chinois: des feux d'artifices modestes en raison de la pollution

10/02/2013 09:48 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - Le traditionnel spectacle pyrotechnique du Nouvel an chinois de Pékin n'avait pas le même faste que d'habitude, dimanche. La pollution atmosphérique ayant atteint des niveaux catastrophiques dans la mégapole chinoise au cours des dernières semaines, les autorités ont ordonné aux artificiers de modérer leurs ardeurs.

La capitale chinoise a connu plusieurs épisodes de smogs en janvier, atteignant presque le double de la moyenne. Des appels à la retenue ont donc été lancés, et les autorités ont délivré moins de permis de vente de pièces pyrotechniques.

Les feux d'artifice ont ainsi commencé plus tard, samedi soir, pour se terminer prématurément dimanche matin. Peu d'explosions ont été entendues au courant de la journée, ce qui est assez inhabituel.

Entre mardi et samedi derniers, les ventes de pièces pyrotechniques ont chuté de 37 pour cent comparativement à l'an dernier, passant de 410 000 à 260 000 boîtes, selon l'agence de presse officielle Xinhua.

Les mésaventures attribuables à la manipulation de matériel pyrotechnique ont également fléchi: 25 accidents et 83 incendies ont été rapportés cette année à Pékin, une diminution de 29 et 49 pour cent, respectivement, par rapport à 2012.

Les habitants de Pékin ont été impuissants face au smog qui a plané sur la ville pendant plusieurs jours en janvier. Des écoles ont été forcées d'annuler leurs activités extérieures, certaines usines ont fermé leurs portes et les voitures du gouvernement sont restées dans leur stationnement.

Plus d'un milliard d'Asiatiques — Nord-Coréens, Sud-Coréens, Vietnamiens, Indonésiens, entre autres — ont célébré dimanche l'entrée dans l'année du Serpent.

PLUS:pc