NOUVELLES

Les islamistes organisent une attaque surprise contre les troupes maliennes

10/02/2013 07:54 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

GAO, Mali - Des extrémistes islamistes en robe noire et armés de fusils AK-47 automatiques ont pénétré dans la ville de Gao au Mali en canot, dimanche, afin de lancer une attaque surprise contre l'armée malienne dans la ville la plus peuplée du nord du Mali, deux semaines après que les troupes françaises et maliennes eurent évincé les djihadistes.

Le combat a commencé vers 14 h dans le centre de Gao et ils se poursuivaient encore à la tombée de la nuit. Plus tard, des coups de feu ont été remplacés par le bruit des hélicoptères survolant la zone de combat.

L'attaque à Gao démontre que les combattants islamistes, dont plusieurs sont bien armés et militairement expérimentés, sont déterminés et audacieux, ce qui laisse présager un prolongement de la mission française au Mali.

Les troupes françaises ont pris le contrôle de Gao, en janvier, dans le cadre d'une opération militaire visant à rétablir le contrôle du gouvernement dans ce vaste pays saharien du nord-ouest de l'Afrique.

Les islamistes radicaux se sont battus contre l'armée malienne en après-midi et ont été vus errant dans les rues et sur les toits des édifices du centre de Gao, où vivent 90 000 habitants.

Les habitants ont trouvé refuge dans leurs maisons, alors que les tirs d'artillerie pleuvaient sur la ville. Une famille a remis des gobelets remplis d'eau à travers le portail de fer de leur demeure pour d'autres personnes qui se cachaient sur leur terrasse. Au marché, des tas d'oignons ont été laissés sans surveillance lorsque les femmes ont fui à l'arrivée des islamistes. Il ne semblait y avoir aucun blessé parmi la population civil.

Les combats semblaient se dérouler non loin du quartier général de la police, où des soldats maliens armés de grenades propulsées par fusée ont échangé des tirs avec des adversaires qui appartiendraient au Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO).

Les seuls bruits entendus dans la ville étaient des coups de feu et le bêlement des chèvres. Des soldats étaient postés à chaque coin de rue.

Depuis que les forces françaises sont arrivées à Gao, les islamistes se frottent aux forces de sécurité en périphérie. Ils n'avaient pas réussi à pénétrer dans la ville jusqu'à présent.

Les troupes islamistes ont utilisé des canots pour traverser le fleuve Niger et ainsi entrer à Gao, selon le général français Bernard Barera, qui a cité des responsables maliens.

PLUS:pc