NOUVELLES

La France à la recherche des fraudeurs dans le scandale de viande chevaline

10/02/2013 08:30 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT
PA

PARIS - Le scandale de la viande chevaline en Europe a pris de l'ampleur et risque de provoquer des tensions transfrontalières, notamment en France, ont indiqué des bouchers roumains.

Des commerçants hollandais et chypriotes faisant partie d'une chaîne d'approvisionnement seraient responsables d'un problème d'étiquetage, qui aurait permis à de la viande de cheval de se retrouver dans des lasagnes congelées vendues à travers le continent, alors que le plat portait la mention viande de boeuf.

Personne n'a rapporté de problème de santé en lien avec la viande mal étiquetée, mais l'événement a ébranlé la confiance des consommateurs à travers l'Europe.

Les accusations volent. En France, le ministre des Affaires étrangères a qualifié l'épisode de «dégoûtant» et les autorités protégeant les consommateurs ont augmenté le nombre d'inspections de la viande, des abattoirs aux supermarchés.

Le président de la Roumanie se démène pour sauver la réputation de son pays. Un fabricant suédois poursuit un fournisseur français au cœur de l'affaire.

La substitution de viande de cheval à la place du bœuf semble avoir été motivée par des contraintes financières, et les autorités se concentrent sur la poursuite de toute personne coupable de fraude dans cette affaire, selon ce qu'a déclaré le ministre français pour les biens de consommation, Benoît Hamon.

La complexe chaîne d'approvisionnement suspecte traverse toute l'Europe.

Une enquête préliminaire réalisée par les autorités françaises a permis de déterminer que la société française Poujol, une filiale du groupe français Comigel, a acheté de la viande congelée d'un commerçant chypriote, a indiqué le bureau de M. Hamon dans un communiqué publié dimanche.

Le Chypriote aurait reçu la viande d'un commerçant alimentaire néerlandais, qui se serait approvisionné auprès de deux abattoirs roumains.

Le communiqué ne faisait pas mention des noms des entreprises roumaines, chypriotes ou néerlandaises.

Poujol a ensuite fourni une usine du Luxembourg, selon le communiqué du ministère. La lasagne a finalement été vendue sous la marque Findus, basée en Suède.