NOUVELLES

Koweït: suspension de peine pour trois ex-députés de l'opposition

10/02/2013 06:10 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

La cour d'appel du Koweït a suspendu dimanche des peines de prison à l'égard de trois ex-députés de l'opposition, dont la condamnation avait provoqué des manifestations de colère.

"La cour d'appel a décidé de suspendre l'application de la peine en attendant de rendre son verdict", a annoncé l'avocat des trois hommes, Mohammad al-Jumia, sur son compte Twitter.

Les trois anciens députés avaient été condamnés mardi par un tribunal de première instance à trois ans de prison chacun pour avoir insulté l'émir, un verdict qualifié de "politique" par l'opposition dont des milliers de partisans ont manifesté le même jour pour dénoncer leur condamnation.

Malgré la décision du tribunal de première instance, les trois hommes sont restés libres, la police n'ayant pas procédé à leur arrestation.

Khaled al-Tahous, Falah al-Sawwagh et Bader al-Dahoum ont comparu dimanche devant le tribunal, qui leur a demandé de déposer une caution de 17.850 chacun et fixé la prochaine audience au 10 mars.

Ils sont accusés d'avoir porté atteinte au statut de l'émir Sabah al-Ahmad Al-Sabah lors d'un meeting politique le 10 octobre 2012, au cours duquel ils lui avaient demandé de ne pas amender la loi électorale et avaient mis en garde contre le risque de violences dans la rue.

La loi électorale a été finalement amendée malgré l'hostilité de l'opposition qui a boycotté les élections de décembre et organise régulièrement des manifestations pour contester le Parlement issu de ce scrutin.

Le riche émirat pétrolier, première monarchie du Golfe à s'être dotée d'un Parlement élu en 1962, est secoué par des crises politiques à répétition. Il a connu depuis la mi-2006 dix gouvernements et six dissolutions du Parlement.

oh/at/tp

PLUS:afp