NOUVELLES

Bahreïn: l'opposition réserve l'annonce de sa participation au dialogue

10/02/2013 05:28 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

Le dialogue national devait reprendre dimanche en fin d'après-midi à Manama entre le gouvernement et l'opposition chiite, mais cette dernière laissait planer le doute sur sa participation jusqu'à la dernière minute.

Les partis d'opposition, dont la puissante formation chiite Al-Wefaq, tenaient une réunion en milieu de journée dans la capitale bahreïnie pour annoncer leur décision finale, a indiqué une source de l'opposition.

L'opposition s'était déclarée prête dans le principe à reprendre le dialogue, mais avait exigé au préalable un accord sur l'agenda des discussions, et n'a pas présenté au gouvernement la liste des délégués devant la représenter au forum.

Le dialogue doit regrouper 27 délégués représentant notamment l'opposition, les groupes politiques sunnites soutenant le pouvoir, et le gouvernement.

Il intervient à l'approche du deuxième anniversaire du soulèvement du 14 février 2011 conduit par les chiites réclamant une monarchie constitutionnelle, maté par le pouvoir dans ce petit royaume du Golfe.

L'opposition organise depuis une semaine des manifestations quotidiennes devant culminer le 14 février.

Des centaines de personnes ont manifesté samedi dans les environ de Manama réclamant des réformes politiques.

Le même jour, des dizaines d'autres manifestants ont défilé le même jour dans des villages chiites entourant Manama, à l'appel d'un collectif radical clandestin, le "Mouvement du 14 février". "A Bas Hamas", "Non au dialogue", "Le peuple veut la chute du régime", ont-ils scandé.

L'opposition s'était retirée en juillet 2011 d'une première session du dialogue national deux semaines après son lancement, en affirmant qu'elle était "sous-représentée et marginalisée".

Les autorités avaient réprimé en mars 2011 le soulèvement populaire animé par des chiites, et des troupes venant des monarchies voisines du Golfe, notamment d'Arabie saoudite, sont depuis déployées dans le royaume qui abrite le siège de la Cinquième Flotte américaine.

wak-at/tp

PLUS:afp