NOUVELLES

Attentat en Bulgarie: les autorités bulgares feront le point avec l'UE

10/02/2013 09:24 EST | Actualisé 12/04/2013 05:12 EDT

SOFIA, Bulgarie - La Bulgarie présentera aux autres nations européennes les détails de son enquête sur l'implication présumée du Hezbollah dans l'attentat à la bombe qui a tué cinq touristes israéliens et leur chauffeur bulgare en juillet 2012, a annoncé dimanche le ministre des Affaires étrangères.

Le rôle qu'aurait joué le groupe chiite dans cette attaque a été rendu public mardi. Les États-Unis, le Canada et Israël ont rapidement exhorté l'Union européenne (UE) à ajouter le Hezbollah à sa liste des organisations terroristes et à lui imposer de sévères sanctions économiques.

Le ministre bulgare des Affaires étrangères, Nikolay Mladenov, a déclaré qu'il clarifierait la position de la Bulgarie face au Hezbollah lors de la rencontre prévue le 18 février avec ses homologues de l'UE. Cette dernière, a-t-il précisé, devrait aussi envoyer un message clair au groupe.

L'UE, qui considère le Hezbollah comme une organisation politique légitime, a jusqu'ici refusé de l'ajouter à sa liste de groupes terroriste.

Nikolay Mladenov a nié que la décision d'identifier publiquement le Hezbollah comme le suspect numéro un dans cette affaire résultait de pressions exercées par les États-Unis ou Israël.

Le Hezbollah est un groupe armé chiite et un parti politique libanais né dans la foulée de l'invasion du Liban par Israël en 1982. Il est soupçonné d'avoir orchestré des attentats et des enlèvements visant les juifs et les citoyens israéliens un peu partout sur la planète.

L'organisation a toutefois nié toute implication dans l'attentat perpétré en Bulgarie.

Un suspect ayant la double citoyenneté canado-libanaise et installé au Liban pourrait être impliqué dans l'attentat à la bombe, a confirmé mardi le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird.

Le ministre Baird a déclaré mardi dernier qu'il n'était «pas étonnant» que le pays est-européen ait trouvé «une preuve convaincante de l'implication du Hezbollah dans ce carnage». Il s'agit, pouvait-on lire dans le communiqué de son cabinet, «d'une (nouvelle) confirmation de l'abjection du Hezbollah».

PLUS:pc