NOUVELLES

Une manif contre le Plan Nord dégénère à Montréal: la police intervient

09/02/2013 10:19 EST | Actualisé 11/04/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Trente-six personnes. dont neuf d'âge mineur, ont été arrêtées à la suite de violentes manifestations qui se sont déroulées devant le Palais des congrès de Montréal, samedi.

Comme la veille, le Salon des ressources naturelles de Montréal métropolitain a donné lieu samedi à une nouvelle manifestation. Les opposants à l'exploitation des ressources naturelles étaient de retour pour dénoncer le développement du Nord dans une perspective, selon eux, néolibérale.

La manifestation avait pour objectif de dénoncer le Plan Nord. «Nous sommes ici pour pouvoir garder nos ressources et protéger l'environnement et les terres des Amérindiens», a souligné l'une des manifestantes, qui n'a donné que son prénom, Marie-Lys.

La jeune adulte estime que les choses n'ont guère changé dans ce secteur depuis l'arrivée au pouvoir du Parti québécois. «PQ-PLQ, c'est la même chose. Pauline Marois a changé le nom des programmes en les laissant tels quels. C'est le même plan qui exploite nos terres pour les vendre aux autres pays», a-t-elle dit.

De son côté, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, de passage au Conseil national du Parti québécois, à Drummondville, a défendu la politique du gouvernement. «Nous voulons un développement responsable. Nous voulons qu'il y ait plus de retombées collectives du développement des mines dans le Nord. Nous voulons que le développement se fasse dans le respect de l'environnement et des communautés. Je souhaite travailler en accompagnement des communauté et de l'industrie en amont des projets.»

Ce rassemblement a été déclaré illégal dès le départ puisque les organisateurs n'avaient pas remis le trajet aux autorités. La police a toutefois toléré la présence de manifestant et les manoeuvres de dispersion ont été amorcées lorsque des méfaits ont été constatés.

Le Service de police de la Ville de Montréal a rapporté qu'une fusée de détresse nautique a été tirée à l'intérieur du Palais des congrès. Une vitre a également été fracassée et quelques manifestants se sont présentés armés de pied-de-biche.

Un porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, a confirmé l'arrestation de 36 personnes, dont 32 pour attroupement illégal, trois pour voies de fait contre des policiers et une pour recel. A l'image des événements du printemps 2012, les personnes arrêtées étaient détenues dans un autobus. «Nous tolérons les manifestations mais pas les actes criminels. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de disperser les manifestants», a-t-il dit. Personne n'a été sérieusement blessé, a-t-il ajouté.

Ce ne sont pas tous les policiers qui ont fait preuve de retenue lors de l'intervention. Des images télévisées en montrent un donner un coup de pied à une manifestante au sol. Il l'a ensuite violemment poussée pour qu'elle retombe après qu'elle se fut relevée.

La veille, le forum organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a donné lieu à quelques gestes de vandalisme en début d'après-midi.

PLUS:pc