NOUVELLES

Soudan: des rebelles accusent une milice d'avoir tué 17 civils

09/02/2013 05:20 EST | Actualisé 11/04/2013 05:12 EDT

Des rebelles soudanais du Kordofan-Sud ont affirmé samedi qu'une attaque de miliciens soutenus par Khartoum avait fait 17 morts et 35 blessés parmi des civils vendredi dans cette région frontalière du Soudan du Sud en proie à des combats depuis l'été 2011.

L'embuscade a visé un camion civil à Abu Nuwara, à environ 80 km de la frontière sud-soudanaise, dans une zone contrôlée par les forces de Khartoum, a dénoncé Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N).

"Ils ont affronté les civils là-bas et il y a beaucoup de victimes", a-t-il ajouté en assurant que l'attaque avait été menée par une milice liée aux Sud-Soudanais du SPLM Changement démocratique (SPLM-DC) de Lam Akol et en menaçant de représailles.

"C'est ridicule, nous n'avons pas de milice", a répliqué M. Akol, joint par l'AFP à Khartoum.

Le SPLM, ancien mouvement de rébellion sudiste, dirige le Soudan du Sud depuis l'indépendance en juillet 2011 à la suite d'une guerre civile dévastatrice (1983-2005), et le SPLM-DC, une faction dissidente, est désormais le principal parti d'opposition sud-soudanais.

Les tensions restent vives entre Khartoum et Juba autour de questions économiques, territoriales et sécuritaires non résolues depuis la partition et qui ont menacé de dégénérer en conflit armé au printemps 2012.

Les deux pays s'accusent chacun de soutenir une rébellion armée dans le territoire de l'autre et n'arrivent pas à mettre en application un accord signé en septembre sous l'égide de l'Union africaine.

Le 3 février, le Soudan du Sud a accusé le Soudan d'avoir mené un raid aérien meurtrier le long de la frontière, et le 4, des responsables gouvernementaux du Kordofan-Sud ont accusé des miliciens sud-soudanais d'avoir attaqué des nomades en territoire soudanais.

it/fc/tg

PLUS:afp