NOUVELLES

Le patriarche maronite prie à Damas pour la fin de la violence

09/02/2013 01:19 EST | Actualisé 11/04/2013 05:12 EDT

Le patriarche maronite Bechara Boutros Raï a effectué samedi à Damas la première visite depuis 70 ans d'un responsable maronite de ce rang en Syrie et a appelé dans une homélie à des réformes, en prônant le dialogue dans le pays en proie à des violences meurtrières.

Le cardinal Raï est arrivé du Liban par la route avant de participer à une messe à la cathédrale Saint Antoine, dans le quartier chrétien de Bab Touma, situé dans la vieille ville de Damas, pour la première visite d'un patriarche maronite en Syrie depuis l'indépendance libanaise en 1943.

Dimanche, il doit assister à la cérémonie d'intronisation de Youhana Yazigi, patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, à l'église de la Croix sacrée à Qassar, au coeur de la capitale syrienne.

"Les réformes sont nécessaires mais elles ne doivent pas être imposées de l'extérieur, elles doivent venir de l'intérieur par le dialogue et l'accord", a dit dans son homélie le patriarche maronite.

Un secrétaire d'Etat chrétien, Joseph Soueid, représentait le président Bachar al-Assad à la messe.

Si la communauté chrétienne syrienne est restée globalement à l'écart de la révolte qui s'est transformée en un conflit armé ayant fait, selon l'ONU, plus de 60.000 morts en près de deux ans, les chrétiens libanais sont profondément divisés entre pro et anti Assad.

Fin janvier, le cardinal Raï avait vivement dénoncé les Etats qui fournissent argent, armes et moyens divers au régime du président Bachar al-Assad et à l'opposition en Syrie, affirmant qu'ils auraient à répondre de "crimes devant le tribunal de l'Histoire".

"Je suis content d'être ici à Damas (...) C'est une occasion pour prier tous ensemble pour la paix, la tranquilité, le retour des réfugiés et pour que soient trouvées des solutions pacifiques et diplomatiques aux problèmes en cours", a dit le patriarche à l'AFP en arrivant à la cathédrale.

Il a ajouté que sa visite commençait par la célébration de la Saint Maron.

Prête et ermite, Jean Maron est mort au début du Vème siècle. Il a vécu en Syrie du nord-est mais en raison de vexations avec les monophysites, ses partisans se réfugièrent au VII ème siècle vers ce qui allait devenir bien plus tard le Liban.

"Nous prions chaque jour pour que la guerre et les violences prennent fin et qu'à travers l'accord et la coopération la paix se réalise", dans ce pays, a-t-il ajouté.

Les chrétiens syriens représentent environ 5% de la population.

Dans une déclaration publiée par son bureau, le président libanais Michel Sleimane avait apporté son soutien à Mgr Raï. "J'appuie cette visite et c'est au patriarche qu'il revient d'évaluer l'intérêt des chrétiens et il ne convient pas au chef de l'Etat de lui dire ce qu'il a à faire".

"Il n'est pas nécessaire que toute chose soit reliée à la politique. Le patriarche Raï comme le patriarche Yazigi connaissent l'intérêt des chrétiens et (savent) comment agir pour maintenir leur enracinement sur cette terre", a-t-il ajouté.

Youhana Yazigi avait été élu le 17 décembre au monastère de Balaman, au nord de Beyrouth. Né il y a 57 ans à Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, il est originaire de Mar Marita, la plus grande vallée chrétienne de Syrie. Il était le métropolite grec-orthodoxe de l'Europe de l'ouest et centrale.

rim-kam/sk/sw

PLUS:afp