100% pur cacao, made in Québec. Voilà comment se présente Dorothy Rhau, qui, à 40 ans, pourrait bien devenir la prochaine coqueluche de l’humour québécois. Tablant sur sa couleur et les préjugés qui en découlent pour faire rire, la dame ne craint pas d’empoigner les tabous de front et de s’amuser avec eux pour véhiculer des messages.

« Tout humoriste qui se respecte va partir de lui-même, de ce qu’il est, pour rigoler, explique la Montréalaise d’origine haïtienne, dont le style est aussi marqué d’influences afro-américaines. J’ai toujours dit que, si on a la peau foncée, c’est pour foncer et défoncer des portes. Et s’il y a quelqu’un qui peut dire ses quatre vérités à un black… c’est bien un autre black! (rires) »

Faire rire et réfléchir

Dorothy Rhau avait 37 ans lorsqu’elle a décidé de faire le saut dans l’arène du show-business. Autrefois conseillère en ressources humaines dans l’industrie pharmaceutique, l’artiste a estimé, rendue à un certain carrefour de sa vie, qu’elle devait tenter le tout pour le tout sans se soucier de l’opinion d’autrui.

« Ma gérante, qui est aussi ma grande amie, me harcelait depuis 10 ans pour que je fasse de l’humour, mais j’hésitais, surtout en raison de mon éducation culturelle. Sauf qu’à 37 ans, je n’avais plus rien à prouver. J’avais une belle carrière, j’étais cadre dans une grande compagnie. J’ai un petit bonhomme de sept ans, j’ai allaité pendant six mois, j’ai les seins plats et je suis très bien dans ma peau », illustre-t-elle avec une vérité teintée d’ironie.

Pour transmettre son propos, celle qui a grandi en écoutant Rock et Belles Oreilles et Michel Barrette se commet dans des numéros de stand up, mais aussi à travers un personnage, Mémère Radotte, une grand-maman qui n’hésite pas à scander tout haut ce que plusieurs pensent tout bas. Mais Dorothy ne craint-elle pas de choquer en s’attaquant ainsi à des thèmes brûlants ou controversés?

« C’est ce que j’aime, argue-t-elle en éclatant de son rire franc. Moi, je m’inspire de gens comme Yvon Deschamps ou Clémence Desrochers. Ce sont des gens qui avaient du verbe, qui osaient traiter de sujets d’actualité et de société. Je rêve, lorsque j’aurai 65 ans, que des étudiants analysent mes textes. J’aime avoir du contenu, une certaine profondeur, faire rire et réfléchir.»

Une future tradition

Ce samedi, 9 février, Dorothy Rhau pilotera 100% Pur Cacao, un spectacle inédit conçu exclusivement pour le Mois de l’histoire des Noirs, mouvement dont elle est porte-parole avec le comédien Benz Antoine. Première édition d’une soirée qui, l’espère son instigatrice, deviendra une tradition annuelle, le rendez-vous mettra en vedette plusieurs personnalités, comme Michel Barrette, Geneviève Gagnon , Dany Laferrière, la DJ Sandy Duperval, Bruny Surin, Georges Laraque et Jean Pascal.

« Ça ne sera pas un gros show, mais un gwos show, s’esclaffe Dorothy en empruntant l’accent créole, un événement rassembleur. Ça ne sera pas un regroupement de blacks pour des blacks dans le Mois de l’histoire des Noirs. On vit au Québec, dans une société qui prône l’inclusion, et je voulais que ça se ressente sur scène. »

La fête aura lieu à l’Astral, à compter de 19h. On peut se procurer des billets en cliquant au www.salleastral.com. Quant à Dorothy Rhau, elle continuera, en 2013, de roder son premier effort solo, Recto verso, qu’elle voudrait éventuellement emmener en dehors des frontières de la métropole. « Et même à l’extérieur du Canada », a-t-elle anticipé avec bonne humeur.

dorothy rhau