NOUVELLES

Une imposante tempête de neige frappe le nord-est des États-Unis

08/02/2013 06:21 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

BOSTON - Les citoyens de la Nouvelle-Angleterre ont commencé l'éreintante tâche de se sortir d'une puissante tempête qui a laissé quelque 90 cm de neige au sol, samedi, pendant que des équipes d'urgence utilisaient des motoneiges pour rejoindre des automobilistes grelottant et abandonnés à Long Island, non loin du coeur de New York.

Quelque 510 000 résidences et places d'affaires demeuraient privées d'électricité samedi soir, une amélioration par rapport au bilan précédent qui faisait état de 650 000 clients. Mais certains d'entre eux risquent de demeurer dans le froid et le noir pendant plusieurs jours.

Les routes formant le corridor Boston-New York, dans lequel vivent près de 25 millions de citoyens, étaient totalement impraticables.

Des voitures ont été ensevelies dans des bancs de neige. Certains résidants ont été confrontés à une neige si lourde et si imposante qu'ils ne pouvaient pas ouvrir les portes de leur demeure.

Au moins cinq personnes ont perdu la vie à la suite de cette tempête, incluant un garçon de Boston, âgé de seulement 11 ans, qui a succombé à une intoxication au monoxyde de carbone samedi matin. Le garçon était assis dans le véhicule familial, laissé en marche pour le garder au chaud, pendant que son père pelletait.

À Providence, où les congères s'élevaient à une hauteur de 1,5 m, et des câbles téléphoniques étaient tombés au sol, écrasés par le poids de la glace et de la neige, Jason Harrison a peiné pendant près de trois heures pour nettoyer l'entrée de sa cour et le passage menant à sa résidence. Et il n'avait pas terminé!

«C'est comme essayer de soulever du ciment», a illustré Michael Levesque, qui pelletait de la neige à Quincy, au Massachusetts, pour une entreprise spécialisée en aménagement paysager.

«Ils disent qu'il est tombé deux pieds (60 cm), mais je pense que c'est plutôt trois pieds (90 cm).»

Le gouverneur de l'État du Rhode Island, Lincoln Chafee, a averti que le danger existait toujours, même si les chutes de neige avaient cessé.

«Les gens doivent traiter cette tempête avec beaucoup de sérieux, même si elle est terminée. Si vous avez des problèmes cardiaques, soyez prudent en pelletant», a-t-il rappelé.

Le Massachusetts, le Rhode Island et le Connecticut avaient d'ailleurs fermé leurs routes à la circulation jusqu'à 16 h, sauf pour les urgences.

Aidée par des vents soufflant, par endroits, à près de 130 km/h, la tempête a été particulièrement intense dans le populeux corridor de l'Interstate 95 entre la ville de New York et l'État du Maine. La ville de Milford, au Connecticut, a été ensevelie sous plus de 96 cm de neige, tandis qu'il en est tombé plus de 81 cm à Portland, au Maine, effaçant un record datant de 1979. Bon nombre de communautés de l'État de New York et de la Nouvelle-Angleterre ont reçu plus de 60 cm.

Mais au final, la tempête aura été moins pire que ce qu'avaient craint les météorologues, et moins sévère que le «Blizzard de 1978», à laquelle se réfèrent encore les résidants de longue date de la Nouvelle-Angleterre lorsque vient le temps de mesurer l'ampleur d'une tempête de neige.

À l'heure du midi samedi, le Service national météorologique rapportait des précipitations de 62 cm à Boston, le cinquième total de l'histoire de la ville. À l'aéroport Bradley, près de Hartford, on avait reçu 59 cm, bon pour le deuxième rang dans les annales locales. Il est par ailleurs tombé 60 cm de neige à Concord, au New Hampshire, un total qui lui confère également le deuxième rang de l'histoire de la ville.

Par ailleurs, la ville de New York a évité le pire, de l'aveu même du maire Michael Bloomberg, alors qu'il est finalement tombé un peu moins que 30 cm, des précipitations qui ne se sont même pas faufilées parmi les dix pires tempêtes de neige de l'histoire de la ville.

Selon M. Bloomberg, les rues de la grande métropole étaient en excellente condition, et les trois aéroports majeurs — LaGuardia, Kennedy et Newark, au New Jersey — avaient repris leurs activités tard samedi matin après avoir cessé leurs opérations vendredi soir. Par contre, les responsables à l'aéroport Logan, à Boston ne prévoyaient pas la reprise des activités avant la fin de la soirée, samedi.

La plupart des pannes d'électricité ont été répertoriées au Massachusetts, où plus de 344 000 demeures et commerces étaient toujours plongés dans le noir en milieu de soirée samedi. Au Rhode Island, quelque 180 000 clients, au pire de la situation, avaient été privés d'électricité, soit le tiers de l'État. Tard samedi soir, ce nombre avait été réduit à 130 000.

PLUS:pc