NOUVELLES

Un scandale vient ternir la candidature de Tokyo pour les Olympiques de 2020

08/02/2013 01:50 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

TOKYO - Au moment où la campagne de Tokyo afin d'accueillir les Jeux olympiques de 2020 avait le vent dans les voiles, un scandale touchant la culture sportive japonaise menace d'affecter son dossier de candidature.

Le comité de mise en candidature a reçu un appui de taille le mois dernier, quand un sondage a révélé que 73 pour cent de la population était favorable au projet. C'est justement le faible appui des Japonais qui avait fait avorter la candidature de la ville pour les Jeux de 2016.

Une nouvelle est toutefois venue ternir les résultats de ce sondage. La Fédération de judo japonaise a révélé que l'entraîneur de l'équipe féminine, Ryuji Sonoda, avait été violent à l'endroit de certaines athlètes lors d'un camp d'entraînement précédant les Jeux de Londres.

Pour le comité de mise en candidature, le moment n'aurait pu être plus mal choisi puisque des membres du Comité olympique international leur rendra visite au mois de mars afin d'évaluer leur candidature. Ironiquement, un des principaux thèmes de la campagne de Tokyo est: «Les athlètes d'abord».

La Fédération de judo a indiqué que 15 judokas avaient envoyé une lettre au Comité olympique japonais à la fin de l'année 2012 pour se plaindre du comportement violent de Sonoda lors du camp d'entraînement. Même si elle était au courant de la situation depuis le mois de septembre, la Fédération a renouvelé le contrat de Sonoda avant de finalement agir en janvier.

Vendredi, le comité a affirmé qu'une audience préliminaire de deux jours concernant les 31 fédérations olympiques du pays n'avait pas permis de prouver qu'il y avait eu des cas de violence ou d'harcèlement depuis les camps d'entraînement en marge des Olympiques de Vancouver en 2010.

La Fédération a toutefois suspendu indéfiniement tous les membres de l'équipe féminine de judo impliqués dans cette histoire, le temps qu'une enquête indépendante soit réalisée. Le nom des personnes suspendues n'ont pas été révélés.

Le secrétaire général du comité, Noriyuki Ichihara a nié les allégations selon lesquelles les autorités tentent d'accélérer le processus pour en finir avant la visite du COI en mars.

«C'est un gros problème pour toute la communauté sportive, a déclaré Ichihara. Nous ne nous dépêchons pas parce que le COI vient nous visiter. Ça prendra du temps et de la patience.»

Sonoda a tenté de justifier son comportement en affirmant qu'il avait une pression énorme sur les épaules afin de remporter l'or à Londres. Il a donné sa démission peu de temps après en déclarant qu'il ne considérait pas les gifles comme de la violence et qu'il avait été entraîné de la même manière.

Le ministre des Sports, Hakubun Shimomura, a décrit la situation comme étant l'une des crises les plus sérieuses dans l'histoire du sport.

«La communauté sportive doit faire des efforts afin de revenir aux principes fondamentaux, où la violence n'était pas utilisée pour entraîner les athlètes», a-t-il fait valoir.

PLUS:pc