NOUVELLES

Syrie: les rebelles s'approchent de Damas et ferment une grande autoroute

08/02/2013 06:45 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Les insurgés syriens ont progressé vendredi dans leur bataille pour le contrôle de la capitale, Damas, affrontant des soldats gouvernementaux dans plusieurs quartiers et érigeant un mur de pneus enflammés sur une autoroute qui permet de sortir de la ville.

Plusieurs brigades rebelles attaquent depuis mercredi des points de contrôle de l'armée le long de la principale autoroute entre Damas et le nord du pays. Le gouvernement a répliqué en bombardant les quartiers voisins contrôlés par l'insurrection.

La capitale syrienne a été le théâtre, cette semaine, de ses combats les plus violents depuis le mois de juillet.

Un représentant des rebelles a expliqué qu'ils cherchent à paver la voie à un éventuel assaut contre la ville. Les insurgés auraient réussi à s'emparer d'un point de contrôle et ils se seraient approchés à seulement 500 mètres de la place Abbasid.

Des images mises en ligne montrent des pneus enflammés alignés sur l'autoroute, bloquant toute circulation automobile. De la fumée s'élève de plusieurs quartiers.

Par ailleurs, un attentat à la voiture piégée commis plus tôt cette semaine dans le centre de la Syrie aurait fait 54 morts, affirme des militants antigouvernementaux.

L'Observatoire syrien des droits de la personne explique que l'explosion s'est produite mercredi dans le village de al-Buraq, près de la ville de Hama. Ce secteur est contrôlé par le gouvernement, ce qui expliquerait pourquoi l'information émerge aussi lentement.

Un minibus bourré d'explosif aurait explosé près d'un arrêt de bus où les employés d'une usine militaire attendaient pour rentrer chez eux après leur quart de travail. On compterait /11 femmes parmi les victimes.

Le directeur de l'Observatoire, Rami Abdoul-Rahman, a indiqué que cette usine fabrique des biens militaires, mais non des armes. Toutes les victimes seraient des employés civils du ministère de la Défense.

L'attentat n'a pas été revendiqué, mais l'agence syrienne officielle a blâmé des terroristes pour l'attentat. Les médias syriens qualifient de terroristes les insurgés qui tentent de renverser le régime de Bachar el-Assad.

PLUS:pc