NOUVELLES

Syrie: altercation entre islamistes et partisans d'un Etat civil (vidéo)

08/02/2013 04:12 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

Une brève altercation a éclaté vendredi entre des militants islamistes et d'autres réclamant l'instauration d'un Etat civil, lors d'une manifestation contre le régime de Bachar al-Assad dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon une vidéo mise en ligne sur YouTube.

Cette vidéo, filmée par des militants, montre une foule manifestant à Saraqeb. Certains protestataires portent le drapeau de la révolte syrienne et d'autres des étendards noirs sur lesquels est inscrite la profession de foi musulmane.

Un homme a soudain arraché un drapeau de la révolte, et un autre l'a piétiné, provoquant une altercation entre les deux camps.

"Unité, Liberté, Etat civil!" ont clamé les uns, "Unité, Liberté, Etat islamique", ont rétorqué les autres.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les militants islamistes sont des membres du Front jihadiste Al-Nosra et d'autres factions islamistes.

Vendredi, jour traditionnel de manifestation contre le régime depuis mars 2011, des militants avaient appelé les différents groupes rebelles à s'unir.

A Kafar Nebbol, toujours dans la région d'Idleb, des manifestants ont tourné en dérision l'ultimatum lancé par le chef de l'opposition, Ahmed Moaz al-Khatib, qui a exigé la libération d'ici dimanche de toutes les prisonnières détenues par le régime, faute de quoi il retirerait son offre de dialogue.

Une pancarte brandie par les manifestants montre une caricature dans laquelle M. Khatib déclare, en pointant du doigt le président Assad agenouillé dans un coin: "si les femmes arrêtées ne sont pas libérées avant dimanche, je dormirai sans dîner".

Et dans la province de Homs (centre), des militants ont posté sur YouTube l'interview d'un habitant de Rastane, ville bombardée quotidiennement depuis plus d'un an, concernant la proposition de M. Khatib de dialoguer avec le régime.

"De quel type de dialogue sont-ils en train de parler? Il (Assad) doit partir, c'est tout. (Assad) nous ment à nous, son propre peuple. Ca suffit!", affirme l'homme.

"Que vont faire les discussions pour les destructions et les bombardements quotidiens? La seule chose que je veux entendre c'est que les bombardements ont cessé", ajoute-t-il.

Les violences ont fait vendredi au moins 99 morts à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'OSDH, qui dispose d'un large réseau de militants, de médecins et d'avocats à travers le pays.

L'organisation, basée en Grande-Bretagne, précise que plus de 100 rebelles ont été tués au cours des dernières 72 heures, dans les combats qui ont fait rage, notamment dans la province de Damas et dans la région d'Alep.

Par ailleurs, selon l'Observatoire, dix cadavres, dont ceux de deux enfants et d'une femme, ont été retrouvés dans plusieurs maisons dans le quartier de Qadam, dans le sud de Damas, certains portant des marques de torture.

am-kam-ram/tg/cnp

PLUS:afp