BIEN-ÊTRE

SMM24 : Cinq designers à surveiller en 2013

08/02/2013 11:42 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT
marc young

La Semaine mode Montréal (SMM) est à la fois une vitrine et un tremplin pour les créateurs de mode d'ici. Designers consacrés et émergents y font connaître leur vision de la mode et leur esthétique singulière. Le Huffington Post s'est intéressé à cinq de ces créateurs de émergents dont la carrière sera à suivre en 2013.

Pedram Karimi

«Moderne, minimaliste, ludique et androgyne», c'est ainsi que Pedram Karimi décrit l'identité de sa ligne éponyme lancée en 2011. Dans une entrevue accordée en marge de la SMM, il explique qu'il travaille surtout à partir des silhouettes, sans s'attarder aux particularités des sexes. Pour lui, il s'agit surtout de «conjuguer poésie et sens pratique» au sein d'un même vêtement. Ses pièces sont souvent taillées dans des matériaux synthétiques utilisés en design industriel. Ceux-ci, plus chers et plus durables, ne sont pas destinés à devenir des vêtements. En les intégrant à ses collections, ces tissus acquièrent un look à la fois étranger et familier. Avec trois collections à son actif, Karimi souhaite qu'en 2013, sa griffe se retrouve dans des magasins plus accessibles au grand public.

By Thomas

Après un baccalauréat en design et stylisme à l'UQAM, Natasha Thomas a travaillé en Angleterre et en Austalie. Elle retient de ces expériences le plaisir d'habiter ailleurs et une passion pour les sacs à main et la création de mode. Pour elle, le design est d'abord une affaire d'instinct : des conversations, des rencontres, des envies guident la confection de ses patrons. «Je suis attirée par la mode complètement folle, mais j'essaie de rester dans la réalité. Je veux que mes pièces aient un bon design et soient durables dans le temps», précise la designer quelques heures avant le défilé Target. Pour sa collection automne 2013, sa sixième, les pièces de prêt-à-porter, faites de laine, de coton et de fourrure recyclés, composent l'image d'une femme forte et sensible.

Matière noire

La 24e SMM a été le baptême médiatique de la jeune griffe Matière noire, lancée à l'été 2012. Rencontrée peu après la présentation de sa collection la designer Cécile Raizonville définit sa ligne comme «une garde-robe de style sportif (sportwear) mais en plus élégante». Sa nouvelle collection mélange les références culturelles de l'Amérique, du Vieux Continent et du mode de vie amish, afin de créer une «atmosphère cool qui se veut urbaine, sévère et séduisante». En collaboration avec un chapelier lyonnais, Raizonvillle met actuellement sur pied, en parallèle à sa ligne de prêt-à-porter, une collection de casquettes urbaines fabriquées à partir de techniques de fabrication traditionnelle.

L'Autre Couture par Luko Marion

L'Autre Couture fait partie de la programmation de la SMM pour la première fois depuis son lancement en 2011.Derrière le nom de la griffe, il y a, explique Luko Marion, la vision d'une mode actuelle et versatile, qui transcende les époques et valorise les collaborations avec d'autres créateurs. Pour sa collection automne 2013, il a misé sur le look urbain et militaire, jouant avec le vrai et le simili cuir, la maille, les plastrons moulés, les boutons. Ses pièces sont aussi, en général, taillées dans des «matières perçues comme vieillottes» : le filet, la feutrine de laine, le tweed . Le défi reste toujours, pour Luko Marion, d'en faire des vêtements prêts-à-porter atemporels.

Symbiose par Hinda A

Hinda A n'a pas nommé sa griffe Symbiose par hasard : au fil de ses collections, elle veut arrimer l'art à la mode, la nature à la culture. Son travail a quelque chose à voir avec l'artisanat, affirme-t-elle. Dans son petit atelier du Mile-End, elle dessine, coupe et confectionne ses vêtements avec l'aide d'une couturière. Fondée en 2005, Symbiose a connu un tournant en 2011 lorsqu'Hinda A a décidé de s'y consacrer à temps plein. Sa dernière collection est inspirée directement de l'oeuvre de Milton Glaser, dit-elle, le designer derrière le célèbre «I love New York». «Je transforme ses toiles en vêtement pour que les gens puissent vivre avec elles.» Les couleurs vibrantes dominent, dans un hommage à la vie et aux années 70.

INOLTRE SU HUFFPOST

SEMAINE MODE MONTRÉAL: 24e édition