NOUVELLES

Lockheed Martin, responsable du programme des F-35, tente de redorer son image

08/02/2013 05:28 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Le constructeur du chasseur américain F-35 a discrètement tenté cette semaine de redorer au Canada l'image de cet appareil controversé.

Au cours des derniers jours, des dirigeants de l'entreprise Lockheed Martin ont organisé des rencontres sur le programme contesté, qui est devenu une épine dans le pied du gouvernement Harper.

Lockheed Martin, la plus grande entreprise de matériel de défense de la planète, tente désormais de contrer les nombreuses critiques du programme, y compris le prix des avions, les coûts d'entretien et l'échéancier du projet.

La compagnie fait face à la possibilité que le gouvernement canadien puisse, plus tard cette année, lancer un appel d'offres public pour remplacer les CF-18 de l'armée de l'air.

Un comité indépendant du ministère des Travaux publics, mis sur pied dans la foulée du rapport dévastateur du vérificateur général publié au printemps dernier, tente de déterminer quels autres avions sont actuellement disponibles sur le marché, ce qu'ils peuvent accomplir, et ce qu'ils coûteraient au gouvernement canadien.

Tandis que le vice-président du programme des F-35 de Lockheed Martin, Stephen O'Bryan, affirme que l'entreprise a coopéré avec le Canada et soutient ce pays, il a argué qu'il faudrait aller de l'avant avec le programme. Des estimations font état d'un coût atteignant les 45 milliards $ pour toute la durée de vie des appareils.

PLUS:pc