NOUVELLES

Le ministre Chris Bentley s'en va

08/02/2013 03:06 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Un autre député libéral quitte le gouvernement de Kathleen Wynne. Le ministre de l'Énergie, Chris Bentley, laissera vacant son siège de député de London-Ouest, à partir du 14 février prochain.

Il est au coeur d'une controverse et d'accusations d'outrage à la législature relativement à l'annulation de deux projets de centrales au gaz à Mississauga et Oakville. Il avait déjà fait part de ses intentions de quitter la politique après la démission de Dalton McGuinty.

En annonçant son départ du gouvernement, Chris Bentley n'a pas parlé directement du scandale des centrales au gaz, mais a admis que les libéraux avaient fait des erreurs.

« Notre gouvernement a pris les bonnes décisions sur les initiatives principales au cours des neuf dernières années pendant des moments très difficiles, mais pas sur tout », a-t-il écrit dans une lettre aux résidents de sa circonscription. « J'ai toujours fait ce que je croyais être bien pour les gens que je servais ».

Il suivra ainsi son collègue Dwight Duncan, qui a lui aussi annoncé son retrait de la vie politique. Jeudi, le ministre Rick Bartolucci a aussi annoncé qu'il quittait le Cabinet, mais qu'il comptait rester député jusqu'aux prochaines élections.

La première ministre désignée, Kathleen Wynne, doit être assermentée lundi prochain. Elle doit nommer son Cabinet des ministres. Elle a d'ailleurs demandé jeudi au vérificateur général de la province d'élargir l'examen de la décision des libéraux d'annuler le projet controversé de centrale au gaz de Mississauga juste avant l'élection de 2011.

Le départ de M. Bentley entraînera la tenue d'une autre élection partielle d'ici six mois, comme dans la circonscription de M. Duncan. Retenir ces sièges libéraux sera un premier défi pour la nouvelle chef du Parti libéral de l'Ontario.

Chris Bentley, un ancien avocat, affirme qu'il « veut entamer un nouveau chapitre », plus près de son épouse et de ses deux filles.

Il est député et ministre depuis 2003. Avant d'hériter du portefeuille de l'Énergie en 2011, M. Bentley a été ministre du Travail, de la Formation et des Collèges et Universités, des Affaires autochtones. Il a aussi été Procureur général de la province.

Réactions

Kathleen Wynne a écrit dans un communiqué : « Chris est un bon ami et un membre précieux de ce gouvernement. Depuis son élection en 2003, Chris a fait un magnifique travail à représenter la circonscription de London-Ouest en occupant plusieurs fonctions au sein de notre Conseil des ministres ».

Dans un communiqué publié vendredi, le premier ministre démissionnaire, Dalton McGuinty, est revenu sur la carrière de Chris Bentley et lui a rendu hommage en écrivant : « Les contributions de Chris Bentley à notre gouvernement se fondent sur une vie consacrée à sa profession, sur un engagement envers la formation juridique et sur un désir de se dévouer à sa communauté de London ».

Les néo-démocrates n'ont pas mentionné la controverse des centrales au gaz vendredi, mais ont préféré parler de l'engagement de Chris Bentley pour le service public.

« J'aimerais féliciter Chris Bentley pour ses nombreuses années de service en tant que député provincial et ministre de la Couronne », a dit la chef du NPD de l'Ontario, Andrea Horwath. « La vie publique n'est jamais facile et M. Bentley mérite nos remerciements pour son service aux résidents de la circonscription de London et à ceux de l'Ontario », a-t-elle ajouté.

Le Parti progressiste-conservateur a affirmé qu'il était dommage que Chris Bentley soit devenu le visage libéral de la controverse des centrales au gaz. « Il ne fait aucun doute qu'il est le bouc émissaire », a déclaré le porte-parole en matière d'énergie des conservateurs, Vic Fedeli, « mais il a fait le choix de ne pas dévoiler les documents et cela a attiré les regards sur lui ».

PLUS:rc