NOUVELLES

Le corps de l'opposant tunisien assassiné a été mis en terre (AFP)

08/02/2013 10:22 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

Le corps de l'opposant tunisien assassiné mercredi, Chokri Belaïd, a été mis en terme vendredi vers 16H00 (15H00 GMT) à Tunis, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au moment de l'inhumation, des milliers de voix ont crié "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) avant d'entamer l'hymne national et de réciter la fatiha, premier verset du Coran.

Hamma Hammami, dirigeant du Front populaire, la coalition de partis de gauche et d'extrême-gauche à laquelle appartenait l'opposant, a prononcé une oraison funèbre, avant que la foule n'observe une minute de silence solennel.

"Repose en paix Chokri, nous continuerons sur ta voie", a déclaré M. Hammami faisant face à la foule.

Plusieurs personnes ont ensuite pris des pelles pour recouvrir de terre la dépouille de Chokri Belaïd, dont l'assassinat par balles a déclenché des violences et aggravé la crise politique et gouvernementale.

Des dizaines de milliers de Tunisiens ont assisté aux obsèques, qui ont été émaillées de troubles, des casseurs venus de quartiers proches du cimetière ayant incendié des voitures, agressé des civils et jeté des pierres sur la police.

Aucun représentant du gouvernement n'était présent, alors que la famille Belaïd accuse le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, d'être responsable de cet assassinat sans précédent dans l'histoire de la Tunisie contemporaine.

Le pays était en outre quasi-paralysé par la première grève générale depuis la révolution de janvier 2011, qui avait renversé le régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Les tensions étaient également vives au centre de Tunis, où l'armée et la police ont été déployées.

Des heurts ont éclaté en milieu d'après-midi sur l'avenue Habib Bourguiba, lieu traditionnel de rassemblement, entre de petits groupes de manifestants et des policiers qui ont procédé à plusieurs interpellations et tiré des gaz lacrymogènes.

bur-alf/Bsh/fc

PLUS:afp