NOUVELLES

Chapdelaine s'explique

08/02/2013 07:55 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

Jacques Chapdelaine a été approché par les Alouettes de Montréal pour le poste d'entraîneur-chef, mais il s'est désisté la semaine dernière du processus d'embauche en cours de route.

L'ancien entraîneur-chef du Rouge et Or de l'Université Laval et actuel coordonnateur à l'attaque des Lions de la Colombie-Britannique a été contacté par les Alouettes afin de remplacer Marc Trestman qui a accepté le poste d'entraîneur-chef des Bears de Chicago de la NFL.

Chapdelaine s'est toutefois retiré lui-même de la course quand il a réalisé qu'il ne pouvait réunir le groupe d'adjoints qu'il souhaitait.

« Les échéanciers étaient un peu particuliers cette année », a déclaré Chapdelaine à notre collègue Richard Thériault de Radio-Canada Vancouver.

« Le départ de Marc Trestman s'est fait un petit peu tard au point de vue des engagements. Quand les Alouettes étaient prêts à me tendre la main pour une entrevue, on était déjà au bout de l'échéancier où ça me permettait de les rencontrer », a expliqué Chapdelaine.

Chapdelaine avait lancé quelques appels à des collègues, mais ces derniers ont dû accepter des emplois dans d'autres organisations.

« e pense que c'est injuste pour moi-même, en tant qu'entraîneur, d'avoir un échéancier aussi serré que ça. Je ne sais pas si j'aurais été capable de réunir une équipe d'entraîneurs. »

Situation difficile

« Je trouvais que le processus, à cause du délai, compromettait l'organisation des Lions de la Colombie-Britannique. Si j'avais été choisi, ça mettait les Lions dans une situation difficile.

« Et je pense aussi que ça aurait été injuste pour les Alouettes de Montréal. Je ne suis pas assez naïf pour penser qu'une personne, qu'un entraîneur, va faire une différence au sein d'une organisation. Cet entraîneur-là doit avoir la chance de s'entourer avec de bonnes personnes. »

Les Lions ont donné la permission aux Alouettes de discuter avec leur coordonnateur à l'attaque et adjoint aux quarts. Chapdelaine admet qu'il a été flatté d'avoir été approché par les Alouettes.

« Pour un petit gars né à Sherbrooke, c'est une situation incroyable que d'être approché par l'équipe avec laquelle tu as grandis en en tant que partisan. »

Le retrait de Chapdelaine démontre que les Alouettes risquent d'avoir un problème considérable sur les bras dans les prochaines semaines. Peu importe qui acceptera le poste d'entraîneur-chef de l'équipe montréalaise, ce dernier risque d'avoir du mal à réunir un groupe d'entraîneurs d'expérience.

PLUS:rc