NOUVELLES

Bizier trop fort, Campbell ne sort pas du coin pour le neuvième round

08/02/2013 10:54 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le vétéran Nate Campbell en avait assez vu. Le boxeur de 40 ans en a eu assez des assauts incessants de Kevin Bizier, qui a signé un gain par K.-O. technique à 3:00 du huitième round quand son adversaire a décidé de demeurer dans son coin au lieu de se présenter au centre du ring pour le début du neuvième.

C'est une décision que l'on peut facilement comprendre. Bizier (20-0, 14 K.-O.) n'a pas cessé de marteler son adversaire du premier au huitième, son crochet de gauche, à la tête, mais surtout au corps, étant son coup le plus régulier et le plus terrifiant face à Campbell (36-10-1, 26 K.-O.).

Dès le premier assaut, le protégé de Groupe Yvon Michel a donné le ton, étant de loin le plus actif. Mis à part le troisième round, au cours duquel l'ex-triple champion du monde des poids légers a semblé le plus précis des deux, Campbell n'a jamais vraiment été dans le coup.

«Ça a été un combat assez difficile, mais nous avions une bonne stratégie, a expliqué Bizier. Nous avions sa main droite à l'oeil, mais il n'en a pas lancé tant que ça, de grosses mains droites. De notre côté, on avait une grosse garde, des mains hautes et on voulait y aller avec des coups au corps dès le départ, lui faire mal en partant. Ça a marché: il a abandonné parce qu'il avait trop mal.»

À compter du quatrième, le physique plus imposant de Bizier lui aura permis de faire la différence. Campbell a passé la majeure partie de cet assaut dans les câbles, incapable de se défaire de l'emprise du Québécois, qui en a profité pour placer quelques bons crochets au corps.

«Il fallait abuser de cet avantage de gabarit, a indiqué l'entraîneur Marc Ramsey. Il fallait tenter d'aller chercher le plus d'énergie chez Campbell le plus rapidement possible. Il fallait donc y aller avec les coups au corps. C'est l'un de ses coups qui porte le mieux.»

Même manège au cinquième, où cette fois, c'est la tête de Campbell qui a goûté aux plus forts des assauts de Bizier, qui n'a jamais ralenti la cadence. Aux septième et huitième rounds, Campbell, appelé à remplacer à pied levé le Britannique John O'Donnell, qui s'est blessé à quelques semaines de l'affrontement, n'a pratiquement fait que se défendre.

«On sait que Kevin est bon, mais seulement être bon, à son niveau, ce n'est plus suffisant, a ajouté Ramsey. Il faut suivre à la lettre ce qui a été préparé. Peu importe ce qui arrive, il faut garder le cap. C'est ce qu'on voulait aller chercher dans ce combat.»

«Kevin a offert une prestation très disciplinée, très mature», a pour sa part noté Yvon Michel, président de GYM.

Le boxeur de St-Émile estime d'ailleurs qu'il aurait pu continuer pour quatre autres rounds face à Campbell.

«Il me restait pas mal de jus, car avec Marc, on s'est entraîné comme jamais on ne l'avait fait avant et vraiment, j'étais en grande forme. Même au huitième, mes coups étaient encore pesants.»

Bizier conserve donc sa ceinture NABA des mi-moyens en plus de mettre la main sur le titre IBF Intercontinental de la division. Mais plus important encore, il améliorera son sort dans les classements mondiaux, lui qui occupait le cinquième échelon de la WBA avant ce troisième gala Rapides et Dangereux de la saison.

D'ailleurs, GYM a de grands projets pour Bizier, qui devrait se battre dans un combat très significatif à la fin mai ou début juin — peut-être en sous-carte de Pascal-Dawson II, prévu le 25 mai. Mais un combat contre Joachim Alcine ne semble pas dans les cartes, même si son entraîneur a court-circuité la conférence de presse d'après-combat pour supplier Bizier et GYM de leur accorder ce combat.

«On n'est pas ici pour négocier, je contacterai son agent», a laconiquement répondu Michel, avant de redonner la parole aux journalistes. Le promoteur avait cependant admis un peu plus tôt que ce combat «est une possibilité, mais pas une nécessité».

PLUS:pc