NOUVELLES

Après une rencontre avec John Baird, John Kerry ne se prononce pas sur Keystone

08/02/2013 04:45 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le nouveau secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry, ne veut pas se prononcer publiquement, pour l'instant, sur le projet d'oléoduc canadien Keystone XL, qui a suscité des critiques de groupes environnementalistes au nord et au sud de la frontière.

M. Kerry rencontrait vendredi à Washington le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, dans le cadre de son premier tête-à-tête avec un homologue étranger depuis son entrée en poste, mercredi.

À une question lors d'une conférence de presse conjointe, le secrétaire Kerry a ainsi répondu qu'il attendrait la fin d'un processus d'examen entamé sous sa prédécesseure, Hillary Clinton, et a promis de rendre une décision «à brève échéance». Lors de ses 28 années passées au Sénat, M. Kerry a été un ardent défenseur de la protection du climat.

M. Kerry a également souligné que le Canada était le plus important fournisseur étranger d'énergie aux États-Unis, une réalité «dont plusieurs Américains ne sont pas conscients».

La décision concernant la construction ou non de l'oléoduc Keystone, qui doit relier les sables bitumineux de l'Alberta aux raffineries texanes le long du golfe du Mexique, repose entre les mains du département d'État américain, puisque les installations traverseraient une frontière internationale.

M. Baird a dit avoir apprécié la discussion avec son homologue sur ce projet évalué à 7 milliards $.

«Nous avons parlé de prendre une décision en fonction des faits et de la science. Évidemment, lorsqu'il est question d'environnement, je crois que nous avons des objectifs similaires», a-t-il déclaré.

Les deux hommes ont semblé avoir de bons rapports alors qu'ils présentaient une conférence de presse devant un important parterre de journalistes.

Et, comme chaque fois qu'un politicien canadien visite son homologue américain, il a été question de hockey.

«Nous avons plongé dans les dossiers difficiles... nous avons commencé par le hockey», a lancé M. Kerry, un amateur de longue date du sport et un partisan sans équivoque des Bruins de Boston.

«Comme il est originaire d'Ottawa, il prend pour les Sénateurs. Et je veux que vous sachiez que c'est la première fois que j'entends quelqu'un dire du bien des sénateurs; j'en suis donc reconnaissant.»

MM. Kerry et Baird ont également discuté des dossiers iranien et syrien, les deux chefs de la diplomatie se montrant unis dans leur volonté de freiner les ambitions nucléaires iraniennes, ainsi que pour mettre fin aux violences en Syrie.

Dans le dossier iranien, M. Kerry a indiqué qu'il n'est pas trop tard pour que Téhéran parvienne à une solution diplomatique afin d'apaiser les inquiétudes internationales concernant son programme nucléaire. Les deux hommes ont réitéré que l'Iran devait se préparer à répondre aux questionnements de la communauté internationale lors de prochaines négociations prévues au Kazakhstan.

Le secrétaire d'État américain n'a cependant pas répondu à une question à savoir si Washington s'inquiétait des allégations voulant que des Canadiens soient liés à deux récentes attaques terroristes.

PLUS:pc