NOUVELLES

Accord de libre-échange: encore du travail à accomplir, disent Canada et UE

08/02/2013 12:40 EST | Actualisé 10/04/2013 05:12 EDT

"Un travail important" reste à accomplir pour conclure les pourparlers entamés en 2009 sur un accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, ont reconnu vendredi les deux parties au lendemain d'une visite au Canada du commissaire européen au Commerce.

"Des progrès ont été accomplis sur plusieurs dossiers parmi ceux qui restent à régler", a indiqué le ministère canadien du Commerce international dans un communiqué, laissant entendre que sur certains points il a été impossible d'avancer. "Cependant, un travail important supplémentaire reste à faire et le processus de négociations continue", a-t-il ajouté.

La délégation européenne a confirmé cette analyse: "Il reste encore bon nombre de lacunes à combler pour atteindre un accord", a déclaré John Clancy, porte-parole de la Commission au Commerce.

"Sur les problèmes agricoles, nous sommes maintenant dans un registre plus réaliste, mais nous n'arrivons pas encore à conclure", a-t-il ajouté, avant de souligner que "la qualité et le fond des négociations sont plus importants que leur rapidité".

Arrivé mercredi à Ottawa, le commissaire européenne au Commerce Karel De Gucht a eu des "rencontres fructueuses" avec le ministre canadien du Commerce international Ed Fast, qui a été rejoint pendant les négociations par le ministre de l'Agriculture Gerry Ritz et son homologue européen Dacian Ciolos.

Les deux parties ont réaffirmé leur volonté de parvenir à un résultat satisfaisant, ajoute le ministère canadien, tout en soulignant qu'Ottawa "ne signerait qu'un accord répondant aux intérêts des Canadiens".

Les pourparlers engagés depuis mai 2009 sont entourés de discrétion. Les dossiers litigieux concernent notamment, selon les médias canadiens, les importations de produits laitiers européens, l'accès des entreprises européennes aux marchés publics canadiens et la durée de validité des brevets pharmaceutiques, que l'Europe souhaite d'une année plus longue.

L'accord devrait supprimer les droits de douane sur environ 98% des produits européens et permettre une baisse de 3% à 5% du prix de certains biens de consommation. Les entreprises canadiennes auront accès à un marché européen de plus de 500 millions de consommateurs répartis dans 27 Etats.

En 2011, le commerce de marchandises entre le Canada et l'Union Européenne, deuxième partenaire économique du pays, s'est élevé à 92,1 milliards de dollars, en hausse de 12% sur un an.

via/sl/mdm

PLUS:afp