NOUVELLES

Tunisie: un responsable du parti islamiste contre la refonte du gouvernement

07/02/2013 05:34 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Un membre du bureau exécutif d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, a dénoncé jeudi la décision du Premier ministre Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique, semblant témoigner des divisions dans cette formation.

"En ce qui nous concerne, notre pays a encore besoin d'un gouvernement politique de coalition sur la base des résultats des élections du 23 octobre 2011" remportées par Ennahda, a affirmé à la radio Shems-FM ce responsable, Abdelhamid Jelassi.

L'annonce de M. Jebali a été en revanche globalement bien accueillie par l'opposition laïque, y compris par Nida Tounes le parti de l'ex-Premier ministre Béji Caïd Essebsi, dont le porte-parole a loué jeudi une "initiative positive" sur radio Mosaïque FM.

Selon M. Jelassi, le chef du gouvernement et numéro deux d'Ennahda "n'a pas consulté" le bureau politique du parti islamiste avant d'annoncer mercredi soir, à la suite du meurtre de l'opposant Chokri Belaïd, qu'il allait former un gouvernement de technocrates.

Le chef du parti, Rached Ghannouchi n'a pas réagi au discours de M. Jebali, lui-même une figure historique d'Ennahda, et aucune communication officielle au nom du parti n'a été diffusée jeudi.

M. Ghannouchi a cependant appelé à une "réconciliation nationale" mercredi sur le plateau de la télévision publique tunisienne.

M. Jebali est considéré comme un modéré dans son parti et a négocié pendant des mois avec ses alliés laïcs et l'opposition un remaniement du gouvernement alors que la frange radicale d'Ennahda refusait de confier les ministères régaliens à des personnalités indépendantes.

Le Premier ministre n'a pas fixé mercredi de calendrier de refonte du gouvernement et compte garder la tête de ce nouveau cabinet qui devra être confirmé par l'Assemblée nationale constituante.

alf/Bsh/sw

PLUS:afp