NOUVELLES

Tunisie : nouveaux affrontements et appel à la grève

07/02/2013 11:33 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Alors que les membres du parti Ennahda se déchirent sur la proposition de leur chef de mettre en place un gouvernement de technocrates, la rue s'est de nouveau enflammée jeudi au lendemain de l'assassinat d'un des leaders laïcs de l'opposition, Chokri Belaïd.

Tôt, jeudi, des heurts ont éclaté entre manifestants et policiers dans la ville de Gafsa ainsi que dans la capitale, Tunis, où les forces de l'ordre ont eu recours aux gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Des milliers de Tunisiens en colère accusent le parti Ennahda au pouvoir d'être responsable du meurtre de Chokri Belaïd. D'importantes manifestations secouent la Tunisie depuis. Selon le ministère de l'Intérieur, un policier a été tué lors des heurts.

Mercredi, le premier ministre du pays, Hamadi Jebali, a tenté de calmer le jeu en proposant de dissoudre l'actuel gouvernement pour le remplacer par un cabinet de technocrates qui assureraient le fonctionnement de l'État jusqu'à l'organisation d'élections législatives anticipées. Une idée approuvée et réclamée par le président du pays, Moncef Marzouki, et par l'opposition.

La division s'installe dans les rangs d'Ennahda

La proposition n'est cependant pas bien reçue au sein du parti islamiste Ennahda, dont est lui-même issu Hamadi Jebali.

Jeudi matin, le vice-président du parti Ennahda, Abdelhamid Jelassi, a déclaré que « le premier ministre n'avait pas demandé l'opinion des membres de son parti avant d'annoncer la dissolution. Nous, au sein du parti, pensons que la Tunisie doit avoir un gouvernement de politiciens tout de suite. Nous allons continuer les discussions avec les autres partis pour former un gouvernement de coalition. »

Le parti Ennahda, qui nie toute implication dans l'assassinat de son adversaire politique, gouverne avec deux formations laïques au sein d'une coalition menacée d'éclatement depuis de longues semaines.

De son côté, l'opposition ne décolère pas. Le principal syndicat du pays appelle par ailleurs à une journée de grève générale vendredi, jour des funérailles de Chokri Belaïd.

Le parti islamiste Ennahda, qui est au pouvoir en Tunisie depuis le renversement du président Zine el-Abidine Ben Ali, à l'automne 2011, n'arrive pas à stabiliser le pays deux ans après la révolution qui a déclenché le printemps arabe.

Depuis son accession au pouvoir, Ennahda a été confronté à une série de crises politiques et sociales ainsi qu'à des violences orchestrées par des extrémistes salafistes.

Bras de fer entre laïcs et islamistes

Chokri Belaïd, un responsable de l'opposition laïque en Tunisie et farouche opposant aux islamistes, a été abattu devant son domicile mercredi, à Tunis. Selon le Front populaire, la coalition de gauche dont il était l'un des dirigeants, il est décédé à l'hôpital après avoir été atteint par quatre balles à la tête et la poitrine.

« Les autorités savaient que Chokri Belaid était menacé, et n'ont rien fait », a déclaré le chef du Parti républicain Ahmed Néjib Chebbi, à l'Agence France-Presse. M. Chebbi a ajouté figurer lui-même sur une liste de personnalités politiques menacées de mort par les islamistes.

Selon l'Agence France-Presse, M. Chebbi s'inquiète du « risque de voir la transition démocratique compromise », d'autant qu'aucun compromis n'est en vue sur la Constitution, ce qui empêche la tenue d'élections.

Plusieurs partis de l'opposition laïque se sont alliés pour dénoncer et réclamer la dissolution des milices armées pro-Ennahda appelées « Ligues de protection de la révolution » (LPR).

Mais le gouvernement au pouvoir fait la sourde oreille aux appels de dissolution de ce groupe responsable d'une attaque spectaculaire en décembre 2012 contre le siège de la centrale syndicale de l'Union générale tunisienne du travail et du meurtre, en octobre dernier, de Lotfi Naguedh, un membre de l'opposition battu à mort dans le sud du pays.

PLUS:rc