NOUVELLES

Les sites des centres de compostage montréalais confirmés

07/02/2013 09:33 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Montréal aura quatre centres de traitement de matières organiques et un centre pilote de prétraitement des ordures ménagères répartis aux quatre coins de la ville.

La Ville a officiellement lancé jeudi le projet de construction - déjà annoncé - de ces centres. Le quatrième site choisi n'est pas celui qui avait été initialement pressenti, à Dorval. Il sera en fait situé dans le Complexe environnemental Saint-Michel, dans l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Or, l'annonce de l'emplacement de ce centre de compostage, dans l'ancienne carrière Miron, ne fait pas le bonheur de résidents du quartier Saint-Michel qui appréhendent des odeurs et des problèmes de circulation autour du futur centre de traitement. Ils entendent manifester la semaine prochaine pour dénoncer le choix du site de Saint-Michel.

La mairesse maintenant indépendante de l'arrondissement Anie Samson, s'oppose au projet, tout comme Denis Sirois, le directeur de la Corporation de développement économique communautaire Centre-Nord.

« L'usine de compostage va réduire à néant les efforts d'améliorer l'image du quartier Saint-Michel. C'est le premier problème. Le deuxième problème, c'est le retour en arrière avec le passé historique de Saint-Michel qui, pendant 35 ans, a accueilli des déchets putrescibles, affirme Denis Sirois. C'est ce que les citoyens ne veulent pas revivre. »

220 000 tonnes de déchets traités annuellement

Les trois autres sites identifiés sont un futur centre de compostage situé boulevard Henri-Bourassa, tout près de l'autoroute 13, dans l'arrondissement de Saint-Laurent, une usine de biométhanisation dans l'ancienne carrière Demix, à Montréal-Est, et et un centre de prétraitement sur le terrain de Solutia, dans l'arrondissement de LaSalle.

La mise en service des centres de traitement dans Saint-Laurent, Saint-Michel et à Montréal-Est est prévue pour 2016, alors que celle dans LaSalle entrera en service lorsque l'usine de Montréal-Est approchera de sa pleine capacité, vers 2020.

Avec ces centres, l'île de Montréal pourra recycler 220 000 tonnes de déchets organiques par année.

De plus, cela permettra de soustraire 470 000 km du kilométrage total habituellement effectué pour le transport de ces matières. « C'est un projet majeur qui place Montréal dans le peloton de tête en matière d'environnement et qui respecte deux principes chers à l'agglomération de Montréal, soit l'autonomie régionale et l'équité territoriale », estime le maire Michael Applebaum.

Le maire a également tenté de rassurer les citoyens inquiets des impacts du centre de Saint-Michel, soulignant que l'administration avait une recommandation de l'Office de consultation publique d'aller de l'avant. « On va être capable, avec les nouvelles technologies, de répondre à leurs besoins, d'assurer que c'est une bonne décision, dans le meilleur intérêt de tous les citoyens, en prenant toujours en considération les gens qui habitent dans ce quartier », a déclaré M. Applebaum.

L'investissement est de 237 millions de dollars, dont 135,6 proviennent des gouvernements provincial et fédéral.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

PLUS:rc