NOUVELLES

Le pétrole recule à New York avec le trop-plein d'offre en brut américain

07/02/2013 03:34 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi à New York, dans un marché marquant une pause alors que les courtiers s'inquiétaient d'un trop-plein de l'offre de brut aux Etats-Unis, sur fond de données économiques américaines mitigées.

Le baril de référence pour livraison en mars a terminé à 95,83 dollars, en baisse de 79 cents, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le marché, qui avait été porté par une tendance haussière et avait fait peu de cas de la hausse des réserves de brut aux Etats-Unis au cours de la semaine précédente, est revenu sur cette information aujourd'hui avec un oeil moins optimiste", a noté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Les réserves de brut, qui avaient déjà progressé de près de 9 millions de barils au cours des deux semaines précédentes, ont en effet gonflé de 2,6 millions de barils lors de la semaine achevée le 1er février.

Si cette progression était un peu moindre que celle attendue, elle accentuait les inquiétudes alors que les réserves d'or noir aux Etats-Unis et à Cushing, qui constitue le principal terminal pétrolier du pays, ont atteint récemment des niveaux records, à plus de 50 millions de barils.

Outre les problèmes rencontrés par l'oléoduc Seaway, dont des travaux d'accroissement de capacité devaient accélérer le désengorgement de Cushing pour transporter le pétrole excédentaire vers les raffineries, nombre d'entre elles "sont en pleine opération de maintenance", a ajouté M. Lipow.

D'autre part, "la nouvelle selon laquelle une panne survenue dans une raffinerie BP à Whiting (Indiana, nord des Etats-Unis) serait plus longue que prévu" a également pesé sur le brut, a renchéri John Kilduff, courtier pour Again Capital.

Des données mitigées sur l'économie des Etats-Unis, de mauvais augure pour la demande, n'ont pas manqué d'assombrir un peu plus l'humeur du marché.

Selon une estimation du département américain du Travail, la productivité des entreprises a enregistré au dernier trimestre 2012 son plus fort recul depuis près de deux ans aux Etats-Unis.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont de leur côté reculé la semaine dernière dans le pays, mais moins que prévu par les analystes.

ppa/sl/sam

PLUS:afp