NOUVELLES

Le Parlement koweïtien vote la naturalisation de 4.000 apatrides

07/02/2013 05:56 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

Le Parlement koweïtien a approuvé jeudi un texte accordant la nationalité à environ 4.000 apatrides sur les quelque 106.000 que compte ce riche émirat du nord du Golfe.

Trente-trois députés ont voté pour et 14 autres, dont des ministres, se sont abstenus. Pour être effective, cette décision nécessite un deuxième vote et sa promulgation par l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah.

Les apatrides, appelés localement "Bidoun", sont nés et ont grandi au Koweït. Ils réclament la nationalité mais les autorités affirment que seuls 34.000 sont éligibles pour l'obtenir et que les autres ont d'autres nationalités.

Les autorités accusent les apatrides d'avoir détruit leurs pièces d'identité d'origine pour pouvoir bénéficier des avantages de l'Etat providence qu'est le riche émirat pétrolier.

"Les Bidoun sont opprimés et privés du droit au travail, à la santé, à l'éducation, à avoir un permis de conduire et même à se marier", a déploré pendant le débat parlementaire le député chiite Youssef al-Zalzalah.

"Ils sont humiliés et maltraités et ce que nous leur faisons est injuste".

Encouragés par le Printemps arabe, des apatrides manifestent régulièrement depuis février 2011 pour faire entendre leurs revendications, en particulier leur droit à la citoyenneté, mais aussi un droit au travail et à la santé.

Le gouvernement du riche émirat pétrolier du Golfe a, dans le passé, fait plusieurs promesses, la plupart non tenues.

Quelque 200 apatrides ont été poursuivis en justice pour rassemblement non autorisé, résistance ou attaque contre la police. Plusieurs d'entre eux ont été acquittés, d'autres attendent une décision de justice.

oh/mh/sw

PLUS:afp