NOUVELLES

Le futur directeur de la CIA défend son bilan devant une commission du Sénat

07/02/2013 05:56 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le candidat choisi par Barack Obama pour diriger la CIA, John Brennan, a déclaré jeudi devant une commission du Sénat que les États-Unis menaient des frappes de drones seulement en tant que moyen de dissuasion, et non en guise de représailles pour des attaques antérieures.

Lors de son audience devant la commission du renseignement du Sénat, qui doit confirmer sa nomination, M. Brennan a également admis qu'après plusieurs années de travail dans le domaine du renseignement, il n'était toujours pas certain que la technique de simulation de noyade utilisée lors des interrogatoires de suspects de terrorisme avait permis d'obtenir des informations utiles.

Il a refusé à plusieurs reprises de dire si la simulation de noyade est une forme de torture, mais a déclaré qu'il s'agissait d'une «chose répréhensible qui ne devrait jamais être faite de nouveau».

M. Brennan a promis à plusieurs reprises d'améliorer la circulation de l'information entre la CIA et les membres de la commission, mais il est resté vague quand il a été questionné sur des dossiers spécifiques.

John Brennan a par ailleurs affirmé qu'il ne regrettait pas de s'être opposé à une frappe aérienne prévue contre Oussama ben Laden en 1998, quelques mois avant les attaques contre deux ambassades américaines en Afrique de l'Est. Le plan n'était «pas solide», a-t-il dit, en précisant que d'autres responsables du renseignement s'étaient aussi opposé à la frappe.

M. Brennan, qui travaille depuis plus de 30 ans dans le domaine du renseignement, est présentement le conseiller du président Barack Obama en matière de contre-terrorisme.

L'audience de confirmation de sa nomination a été interrompue plusieurs fois, avant son commencement et à plusieurs reprises pendant que M. Brennan présentait ses déclarations préliminaires. Les manifestants voulaient principalement exprimer leur opposition aux frappes de drones menées par la CIA, qui ont tué trois Américains et un nombre indéterminé de citoyens étrangers.

PLUS:pc