NOUVELLES

La colonisation nuit à Israël dans le monde, selon un proche de Netanyahu (média)

07/02/2013 02:21 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

La poursuite de la construction dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée nuit à Israël auprès de ses meilleurs amis, a affirmé le conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror cité jeudi par le quotidien Haaretz.

Le quotidien précise que Yaakov Amidror, un proche collaborateur du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a exprimé son inquiétude lors de discussions internes à propos de la détérioration de l'image d'Israël dans le monde.

"Il est impossible d'expliquer la construction dans les colonies nulle part dans le monde", a constaté M. Amidror, selon le Haaretz.

"Il est impossible d'expliquer les choses à la chancelière allemande Angela Merkel ou même au Premier ministre canadien Stephen Harper. La construction dans les colonies est devenue un problème diplomatique et provoque la perte du soutien à Israël même parmi nos amis dans le monde", a-t-il déploré.

Yaakov Amidror ainsi qu'Yitzhak Molho, l'émissaire spécial du Premier ministre pour le processus de paix, n'excluent pas un gel temporaire de la colonisation dans les implantations isolées ne faisant pas partie des trois grands blocs de colonies qu'Israël entend conserver dans le cadre de tout accord de paix avec les Palestiniens, ajoute le Haaretz.

En échange toutefois, ces deux proches de M. Netanyahu souhaitent que les Palestiniens acceptent de relancer les négociations, gelées depuis septembre 2010, et ne tentent pas d'engager de procédure contre Israël devant le Cour pénale internationale.

M. Amidror, selon les médias israéliens, doit se rendre la semaine prochaine à Washington pour préparer la première visite, en tant que président, de Barack Obama en Israël et dans les territoire palestiniens prévue au printemps.

Interrogé par l'AFP, un responsable au bureau du Premier ministre s'est refusé à confirmer ou démentir les propos de M. Amidror. "Nous ne faisons aucun commentaire sur des discussions internes", s'est-il borné à affirmer.

jlr/feb

PLUS:afp