NOUVELLES

C'est parti pour la Fashion week à New York, avec le retour de Kenneth Cole

07/02/2013 12:31 EST | Actualisé 09/04/2013 05:12 EDT

La Fashion week de New York a démarré jeudi sur les chapeaux de roue, avec dans la soirée le défilé du designer Kenneth Cole, de retour après plusieurs années d'absence, suivi de près de 300 défilés et présentations prévus jusqu'au 14 février pour la mode automne-hiver 2013.

New York ouvre traditionnellement la saison, suivie par Londres, Milan et Paris.

Outre la réapparition du New-Yorkais Kenneth Cole après sept ans d'absence, cette édition automne-hiver 2013 sera marquée par la collection d'Alexander Wang, autre chouchou de la mode new-yorkaise, qui promet d'être observée à la loupe après sa récente nomination comme directeur artistique de Balenciaga. Et le défilé Oscar de la Renta est également très attendu, après les trois semaines dans son atelier new-yorkais de la star déchue de Dior, John Galliano.

Jeudi, la fameuse semaine de la mode a été lancée comme de tradition au Lincoln Center par le défilé Nicholas K, de Christopher Kunz et sa soeur Nicholas, avec leurs ampleurs généreusement structurées, des mini capes-pulls à capuches rythmant une collection en gris-noir et vert automnal, déclinant les vastes cols et pantalons sanglés sous le genou.

Max et Lubov Azria pour BCBGMaxAzria ont fait salle comble pour une collection dont ils avaient trouvé leur inspiration dans "l'architecture d'Istanbul et le style eclectique des gitans du sud de l'Europe".

Superpositions de robes de soie imprimées et tuniques sur d'amples pantalons, cuissardes, vestes surdimensionnées, et magnifiques fourrures, la femme BCBG Maxazria avait l'humeur audacieuse mais stylée des voyageuses.

La première journée devait empiler une vingtaine de défilés avant celui de Kenneth Cole dans la soirée.

Lacoste, Michael Kors, Marc Jacobs, Y-3, Donna Karan, Ralph Lauren, Calvin Klein, mais aussi Rodarte, Belstaff, Prabal Gurung, Nanette Lepore, Anna Sui, Tommy Hilfiger, Zac Posen, ou encore Victoria Beckham, Jason Wu, Carolina Herrera, Altuzarra, Thakoon, Helmut Lang... les amateurs n'ont que l'embarras du choix à New York, où la Fashion week attire aussi des dizaines de petits labels espèrant grappiller un peu de lumière.

Dans cette effervescence créatrice, les tendances ne peuvent être que multiples. Certains experts attendent des silhouettes plus sobres, débarrassées du superflu; d'autres prédisent toujours plus d'audace dans les mélanges et contrastes. Même le punk et le grunge sont mentionnés.

Pour la première fois, les défilés présentés au Lincoln Center sont transmis en direct sur internet, une aubaine pour les dizaines de milliers de fashionistas, journalistes et acheteurs soumis à un rythme effréné.

Avec quelque 300 défilés et présentations, le calendrier de la Fashion week explose. Car au calendrier "officiel" du Lincoln Center, s'ajoute désormais notamment celui des studios Milk, avec des dizaines de défilés dispersés dans la ville.

Et de fait, la Fashion week a officieusement commencé mercredi, avec une vingtaine de shows, en plus du traditionnel gala de stars en faveur de la lutte contre le sida, ouvert par le maire Michael Bloomberg. La jeune créatrice Tanya Taylor a alors présenté sa troisième collection au MoMa, le grand musée d'art moderne de Manhattan.

Au consulat de Russie, plusieurs centaines de personnes se sont également pressées mercredi soir pour une première à New York, la présentation des créations de plusieurs designers russes.

Une douzaine de mannequins ont présenté les robes et vêtements d'Irina Shaposhnikova, Serguei Teplov, ou encore Dmitry Loginov Arsenicum. Avec un point commun: le noir comme seule couleur.

"C'est la première fois que nous avons la chance de montrer certains des talents" de la mode russe, a expliqué à l'AFP Stephan Rabimov, porte-parole de l'événement. Avant de confier son rêve: "Qu'il y ait bientôt une semaine de la mode russe", ou qu'à défaut des créateurs russes se produisent ensemble à la Fashion week de New York.

bd/lor

PLUS:afp