ÉTUDE - Les boissons sucrées "diète" pourraient être associées à un risque accru de développer un diabète. Tel est le résultat d'une étude rendue publique jeudi 6 février à Paris.

Menée par des chercheurs français auprès de 66.188 femmes suivies depuis 1993, l'étude a confirmé l'existence d'une relation entre boissons sucrées et diabète de type 2 (le plus courant). Mais alors qu'on pensait généralement que les boissons "diète" réduisaient le risque de diabète, les chercheurs de l'Inserm ont montré que le risque de diabète était plus élevé pour les boissons "diète" que pour les boissons sucrées.

Les résultats publiés dans la revue American Journal of Clinical Nutrition ont notamment montré que les femmes consommant des boissons "light" avaient une consommation plus grande que celles consommant des boissons sucrées normales (2,8 verres/semaine contre 1,6 verre/semaine en moyenne respectivement). Mais même à quantité consommée égale, les boissons "diète" étaient associées à un risque plus élevé de développer un diabète: il était supérieur de 15% pour une consommation de 0,5 litre/semaine et de 59% pour 1,5 litre/semaine.

Pic d'insuline et augmentation de la glyémie

Pour savoir si le risque était uniquement associé aux boissons "diète", Françoise Clavel-Chapelon et Guy Fagherazzi ont comparé leurs effets à ceux de jus de fruits pressés, mais n'ont découvert aucune association avec un risque de diabète. Des études supplémentaires sur les effets des boissons "diète" sont toutefois encore nécessaires pour confirmer ce résultat et établir un lien de cause à effet, précisent les chercheurs.

Parmi les mécanismes pouvant expliquer le phénomène, ils notent que les sucres contenus dans les boissons sucrées entraînent un pic d'insuline et que la répétition peut engendrer une insulino-résistance, une anomalie à l'origine du diabète. Quant à l'aspartame, l'un des principaux édulcorants utilisés aujourd'hui, il pourrait induire une augmentation de la glycémie et de ce fait une hausse du taux d'insuline comparable à celle engendrée par le sucrose (sucre).

Les 66.188 femmes faisaient partie de l'étude E3N, une étude épidémiologique réalisée auprès de 100.000 femmes de la Mutuelle générale de l'Education nationale dirigée par Mme Clavel Chapelon, directrice de recherche à l'Inserm. Ces femmes nées entre 1925 et 1950 sont interrogées sur leur mode de vie (alimentation, prise de traitements hormonaux) et remplissent des questionnaires tous les 2 à 3 ans.


» Découvrez quels sont les 10 additifs alimentaires les plus nocifs pour la santé

Loading Slideshow...
  • Les colorants artificiels

    Les friandises sont un nid à colorants artificiels qui peuvent être à l'origine de nausées, de troubles de la tension et de maux de têtes, selon la nutritionniste Danielle Felip.

  • La farine blanche raffinée

    Le pain de mie blanc serait-il incomplet? En fait, oui. Il contient de la farine raffinée qui augmente l'indice de glycémie de votre corps et apporte peu d'éléments nutritifs, dit Felip.

  • Le sirop de glucose-fructose

    Aussi connu sous le nom de sirop de maïs à haute teneur en fructose, on le trouve dans beaucoup d'aliments mis sous vide, comme la viande froide ou le jambon. Selon le Docteur Felip, il peut augmenter le risque de diabète de type 2 et une surconsommation peut endommager le foie.

  • Les édulcorants artificiels

    Les édulcorants artificiels se trouvent dans de nombreuses boissons gazeuses, desserts et parfois même dans de la nourriture dite "salée". Ils donnent aux aliments un goût sucré qui peut créer une dépendance. Le Docteur Felip dit qu'ils contiennent aussi des éléments chimiques qui peuvent créer des migraines.

  • L'hydroxytoluène butylé

    L'hydroxytoluène butylé ou BHT est un additif alimentaire qui fait office d'antioxydant synthétique. On le trouve aussi dans les emballages. Une consommation excessive peut créer des allergie au niveau de la peau. Le BHT contient aussi es substances potentiellement cancérigènes, dit Felip.

  • Les huiles partiellement hydrogénées

    Les gras trans ou les huiles partiellement hydrogénées, que l'on trouve souvent dans les pâtisseries industrielles, sont de quatre à dix fois plus nuisibles que les autres gras saturés. Ils diminuent le niveau de bon cholestérol et peuvent ainsi encourager le risque de maladies cardio-vasculaires, dit Felip.

  • Les MSG ou les glutamates de sodium

    Les MSG ( ou glutamates de sodium) sont des additifs alimentaires que l'on trouve dans de nombreux aliments, surtout dans les soupes industrielles ou dans les sandwiches de Fast-Food. Le Docteur Felip dit qu'ils peuvent exciter les cellules nerveuses du cerveau et consommés en grande quantité, ils peuvent accélérer le processus de vieillissement cérébral.

  • Le nitrate de sodium

    Le nitrate de sodium est un additif alimentaire présent dans les charcuteries industrielles, tels que le bacon ou le hot-dog. Une consommation excessive peut entraîner des risques d'hyperactivité, d'insomnie, de baisse de tension ou encore de cancer colorectal, dit la nutritionniste Danielle Felip.

  • Le benzoate de sodium

    Le benzoate de sodium est un agent de conservation chimique qui est utilisé pour limiter la croissance des bactéries dans les aliments comme les confitures, les tartes aux fruits ou les boissons gazeuses. Il prive nos cellules d'oxygène et affaiblit le système immunitaire, dit Felip.

  • Les sulfites

    Les sulfites sont des additifs alimentaires utilisés pour donner de la couleur aux aliments. Ils sont aussi utilisés pour prolonger la durée de conservation de nombreux produits alimentaires, tels que les fruits en conserve, les frites surgelées ou encore les produits à base de soja. Ils sont aussi utilisés dans le vin pour le stabiliser. Felip dit que les sulfites peuvent provoquer des réactions allergiques au niveau du visage, des yeux, et de la langue.

» Et de manière générale, n'y allez pas trop fort sur les sodas.

Loading Slideshow...
  • Crises cardiaques

    <a href="http://vitals.msnbc.msn.com/_news/2012/03/12/10656108-soda-drinking-men-at-higher-risk-for-heart-attack?ocid=twitter" target="_hplink">Selon NBC</a>, des chercheurs de Harvard ont révélé que boire une seule boisson sucrée par jour pouvait engendrer une augmentation de 20% des risques de crises cardiaques sur une période de 22 ans. Un risque proportionnel à la quantité de boissons consommées.

  • Augmentation du taux de triglycérides

    Même s'ils ne provoquent pas de prise de poids directement, les sodas peuvent nuire à votre santé cardio-vasculaire, surtout si vous êtes une femme. Celles-ci sont en effet plus susceptibles d'être sujet à une augmentation du taux de triglycérides, un gras présent dans le sang dont le taux peut varier très facilement car il ne reflète que six à huit jours de consommation. Un risque majeur car cette élévation a la fâcheuse propriété d'épaissir le sang. Phénomène qui donne d'ailleurs la sensation de gueule de bois les lendemains de soirs de fête. <a href="http://www.sciencedaily.com/releases/2011/11/111113141252.htm" target="_hplink">Une étude a démontré</a> que les femmes qui boivent au moins deux sodas par semaines seraient quatre fois plus susceptibles de connaître une augmentation brutale de leur taux de triglycéride que celles qui n'en ont bu qu'une seule. Problème, l'excès de triglycérides est souvent associé à d'autres problèmes tels que l'obésité, le diabète, l'hypertension, le tabagisme ou la sédentarité.

  • Prise de poids

    Naturellement, la consommation excessive de calories peut conduire à une prise de poids. Plusieurs études ont ainsi démontré une relation entre la consommation de sodas et un tour de taille qui s'élargit.

  • L'ostéoporose

    L'ostéoporose est une maladie caractérisée par une fragilité excessive du squelette, causée par une diminution de la masse osseuse et par l'altération de la microarchitecture osseuse. Pour faire simple, <a href="http://www.tuftshealthletter.com/ShowArticle.aspx?rowId=23" target="_hplink"> Une étude</a> a démontré que les femmes qui déclaraient ne consommer que trois sodas par semaine enregistraient pourtant une perte osseuse de 4% supplémentaire à celles qui buvaient d'autres boissons. Les sodas contiennent de l'acide phosphorique, pour l'arôme, qui provoque une plus grande acidité du sang. Or, la priorité du corps une fois cet acide ingéré, est de rétablir un équilibre dans le sang, de sorte qu'il sollicite le calcium présent dans votre corps dans des proportions exceptionnelles pour tenter de neutraliser l'acide. Un dérèglement qui affaiblit la masse osseuse.

  • Diabète de type 2

    Le diabète va de pair avec l'obésité et la consommation de sucre en trop grande quantité. Une étude de Health Nurse sur 90.000 femmes <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15328324" target="_hplink"> révélé que ceux qui buvaient une ou plusieurs boissons gazeuses sucrées étaient deux fois plus enclins à développer un diabète de type 2.