NOUVELLES

Tunisie: appels à la grève, des partis boycottent la Constituante

06/02/2013 11:17 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Quatre formations de l'opposition tunisienne --le Front populaire (gauche), le Parti républicain, Al-Massar et Nidaa Tounes (centre)-- ont lancé mercredi un appel à la grève générale jeudi et décidé de suspendre leur participation à l'Assemblée nationale constituante (ANC).

Ces décisions ont été adoptées à l'issue d'une réunion entre ces formations politiques pour répondre au meurtre de l'opposant Chokri Belaïd, a expliqué à l'AFP, le chef du Parti républicain, Nejib Chebbi.

Ces partis, qui ont créé un comité de coordination ouvert à d'autres formations, ont appelé à la grève générale pour le jour des obsèques de l'opposant, prévues a priori jeudi, et exigé le départ du ministre de l'Intérieur, Ali Larayedh, membre du parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement.

"Nous demandons le départ du ministre de l'Intérieur et la dissolution des Ligues de protection de la révolution (milice pro-pouvoir, NDLR) comme mesures immédiates", a ajouté M. Chebbi.

"Le ministre de l'Intérieur assume personnellement la responsabilité de l'assassinat de Chokri Belaïd, car il le savait menacé et n'a rien fait", a-t-il accusé.

M. Belaïd "est la première victime sur une liste de personnalités politiques ciblées par des assassinats, les autorités le savent et elles m'ont dit que je figure sur cette liste", a affirmé M. Chebbi.

"Tant que la police ne sera pas au service de tous les Tunisiens, la paix civile restera menacée et la transition démocratique compromise", a-t-il averti.

Ces partis disposent ensemble d'une quarantaine des 217 sièges de l'ANC.

Bsh-alf/feb

PLUS:afp