NOUVELLES

Rubio, star républicaine, répondra au discours sur l'état de l'Union d'Obama

06/02/2013 05:27 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Le républicain Marco Rubio a été sélectionné par son parti pour donner la réplique au discours sur l'état de l'Union du président américain Barack Obama le 12 février, un honneur qui souligne la popularité montante du jeune sénateur.

Né d'immigrés cubains il y a 41 ans, Marco Rubio n'a été élu au Sénat qu'en 2010, porté par une vague d'ultra-conservatisme. Il est toutefois à la pointe du débat sur la réforme de la législation sur l'immigration. Les dirigeants du parti veulent croire que ses origines leur permettront de rattraper leur retard au sein de l'électorat hispanique, aujourd'hui largement acquis aux démocrates.

Marco Rubio "est l'un des leaders les plus dynamiques et exemplaires de notre parti. Il porte le flambeau de notre parti pour la liberté, les opportunités et la prospérité d'une manière dont peu sont capables", a déclaré John Boehner, le président de la Chambre des représentants.

"J'ai hâte de présenter la vision républicaine et d'expliquer comment nos idées peuvent aider les gens à rapprocher leurs rêves des opportunités pour les réaliser", a indiqué l'intéressé dans un communiqué.

Il avait un temps été considéré pour être le colistier de Mitt Romney à la présidentielle de 2012, mais c'est finalement Paul Ryan, un ultralibéral, qui avait été choisi.

Dès le lendemain de l'élection, alors que la droite américaine s'attaquait à sa rénovation, le nom de Marco Rubio a surgi comme un possible sauveur... et candidat à la présidentielle de 2016.

Le discours sur l'état de l'Union est un marqueur traditionnel des présidences américaines, en début de chaque année. A l'occasion de ce rituel de la démocratie, l'ensemble des élus se retrouvent dans l'hémicyle de la Chambre des représentants, aux côtés du gouvernement, des juges de la Cour suprême et d'autres dignitaires.

Le 12 février, Barack Obama y présentera ses priorités législatives, parmi lesquelles la réforme de l'immigration et la réduction du déficit budgétaire.

mlm/ico/sam

PLUS:afp