NOUVELLES

Procès d'un présumé proxénète: une voisine aurait averti la police sans succès

06/02/2013 10:39 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Une dame ayant déjà résidé dans l'appartement voisin de Sandy, cette femme présumément traitée comme une esclave sexuelle qui témoigne actuellement au procès pour traite de personne d'Ivgueni Mataev, affirme qu'elle a essayé à plusieurs reprises d'informer la police de ce qui se passait à côté de chez elle, sans succès.

Jennifer Dorner a contacté l'émission radio Daybreak Montreal de CBC après avoir lu l'histoire de Sandy dans les médias et s'être rendu compte que c'était de son ancienne voisine que l'on parlait.

Sandy a en effet expliqué lors de son témoignage qu'elle avait été gardée contre sa volonté dans un deux-pièces, dans Parc-Extension, à Montréal, lors des trois derniers mois précédant son arrestation pour vol à l'étalage, en mars 2011, moment où elle a dévoilé ce qu'elle vivait à la police. Sandy a décrit les moments qu'elle a passés dans l'appartement comme un «enfer».

Quant à Jennifer Donner, elle affirme qu'elle a appelé les policiers plusieurs fois pour leur mentionner des cris, des bruits de coups et des allées et venues bruyantes chez ses voisins, sans pourtant «être prise au sérieux».

Mme Dorner a contacté la police pour la première fois lors du printemps 2010, aux petites heures du matin, après avoir plusieurs fois demandé à ses voisins de baisser le volume de la musique. En retour, son voisin l'aurait alors menacé de se débarrasser d'elle, de son conjoint et de ses enfants s'ils appelaient les policiers une seconde fois.

Finalement, Jennifer Dorner et son mari ont décidé de se déplacer au poste de police d'Outremont pour les informer de cette tentative d'intimidation. On leur aurait alors simplement indiqué d'appeler le 911 s'ils se sentaient en danger.

Le tapage a continué à toutes heures. Le premier propriétaire de l'appartement a ensuite disparu, remplacé par un groupe d'hommes.

Jennifer Dorner a par la suite rappelé le 911, après avoir entendu chez ses voisins une femme crier de façon répétée et un homme lui hurler dessus. Cette fois-là, la police est arrivée rapidement, mais cela n'a pas fait cesser «le cycle de la violence», selon Mme Dorner.

En avril 2011, Jennifer Dorner a écrit un courriel à la conseillère municipale Mary Deros pour lui mentionner les nombreuses fois où elle a fait part à la police de choses louches qui semblaient avoir cours à côté de chez elle. «Nous avions peur de nous faire attaquer si nous continuions à appeler les polices sans qu'ils ne réagissent», mentionne-t-elle.

La conseillère dit qu'elle se rappelle bien de ce courriel et qu'elle a alerté la police à son sujet. «Malheureusement, certaines enquêtes peuvent prendre du temps», dit-elle.

L'histoire de Sandy

Originaire de Saint-Louis, au Missouri, Sandy est venue au Canada avec son conjoint, qui était violent et l'obligeait à danser et à se prostituer pour qu'ils aient de l'argent.

Après avoir quitté cet homme, Sandy a fait la connaissance d'Evgueni Mataev dans une fête. Celui-ci est devenu son proxénète, l'obligeant à des relations sexuelles brutales et à faire du vol à l'étalage. Il l'a souvent battue.

Evgueni Mataev est jugé avec quatre autres hommes pour des accusations liées à la traite de personne, au proxénétisme, à la séquestration et à des agressions sexuelles. Mataev est également accusé de tentative de meurtre sur un homme et d'agression sexuelle sur une autre femme.

D'après un reportage de CBC

PLUS: