NOUVELLES

OCI: le président égyptien appelle l'opposition syrienne à unifier ses rangs

06/02/2013 08:06 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Le président égyptien Mohamed Morsi a appelé mercredi les factions de l'opposition syrienne à unifier leurs rangs pour hâter un règlement de la crise dans leur pays, au début d'un sommet des pays islamiques au Caire.

"Que le régime syrien tire la leçon de l'Histoire: ce sont les peuples qui restent. Ceux qui font prévaloir leurs intérêts personnels aux dépens de ceux de leurs peuples finiront par partir", a-t-il ajouté devant les chefs d'Etat ou représentants de 56 pays membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI).

M. Morsi a invité les factions qui ne font pas partie de la Coalition de l'opposition, reconnue par la communauté internationale, à "se coordonner avec cette coalition et à soutenir ses efforts en vue d'une approche unifiée (...) pour instaurer la démocratie" en Syrie.

L'offre de dialogue avec Damas lancée par le chef de l'opposition, Ahmed Moaz al-Khatib, pour trouver une solution à près de deux ans de conflit meurtrier en Syrie suscite de violentes critiques dans son propre camp, déjà divisé, avant même que le régime n'y réponde.

Le sommet doit également appeler à "un dialogue sérieux entre l'opposition syrienne et des représentants du gouvernement syrien prêts à un changement politique et non impliqués (...) dans la répression" de la révolte en Syrie, selon un projet de résolution dont l'AFP a obtenu copie.

La Syrie, suspendue de l'OCI en août dernier, ne participe pas au sommet du Caire auquel assistent certains chefs d'Etat de pays membres, dont le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, un solide allié du régime de Bachar al-Assad.

Prenant la parole, le président sortant de l'OCI, le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, a notamment réclamé le soutien du sommet du Caire au Mali pour le recouvrement de sa souveraineté, menacée par des "groupes terroristes" qui commettent des "crimes" contre le peuple malien.

tm/cr/sw

PLUS:afp