NOUVELLES

L'Iran minimise les incidents visant Ahmadinejad au Caire

06/02/2013 09:42 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

L'Iran a minimisé mercredi les incidents qui ont entouré la veille la visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad dans une mosquée du Caire, estimant que cela ne reflétait pas la position de l'Egypte à l'égard de Téhéran.

"Ce qui est important pour nous, c'est l'attitude des responsables égyptiens et de leur nation qui respecte la République islamique en tant que puissance majeure", a expliqué le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, cité par l'agence Isna.

M. Ahmadinejad avait été hué mardi soir à la sortie d'une mosquée par un homme qui avait tenté de lancer une chaussure dans sa direction, selon une vidéo mise en ligne sur internet.

L'homme, identifié par l'agence Isna comme un membre de "l'opposition syrienne", avait été rapidement maîtrisé par les forces de sécurité.

En face de la mosquée, quatre jeunes avaient également brandi des pancartes sur lesquels on pouvait lire des slogans hostiles à l'Iran pour son soutien au régime du président syrien de Bachar al-Assad, selon un photographe de l'AFP.

"O Ahmadinejad, ne crois pas que le sang syrien sera vain. Nous nous vengerons des chiites", lisait-on sur l'une des pancartes.

Lors d'un entretien mardi soir avec la presse égyptienne, Mahmoud Ahmadinejad a estimé que l'incident était "mineur".

"Il peut y avoir des oppositions dans chaque pays qui perturbent l'atmosphère (...) par des préjugés et des actes", a-t-il expliqué, selon l'agence Irna. "La fraternité et l'unité entre l'Iran et l'Egypte sont dans l'intérêt des deux pays", a-t-il ajouté.

M. Ahmadinejad a entamé mardi une visite en Egypte, la première d'un président iranien en exercice depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en 1980. Téhéran et Le Caire se sont rapprochés depuis la victoire des islamistes égyptiens, mais les deux capitales s'opposent notamment sur le conflit syrien.

str-mod/cyj/hj

PLUS:afp