NOUVELLES

Les tueurs de l'opposant tunisien "veulent un bain de sang" en Tunisie (chef islamiste)

06/02/2013 06:51 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Le chef d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, Rached Ghannouchi a dénoncé mercredi le meurtre d'un opposant tunisien, estimant que les tueurs voulaient "un bain de sang" en Tunisie, alors que les proches du défunt accusent son mouvement d'être responsable du crime.

"Ils veulent un bain de sang mais ils ne vont pas réussir", a déclaré à l'AFP, M. Ghannouchi, "nous ne pouvons que dénoncer cet acte lâche qui vise la révolution et la stabilité" de la Tunisie, a-t-il ajouté.

Il a ensuite rejeté les accusations contre sa formation politique les qualifiant "de règlement de compte", alors que la famille de Chokri Belaïd, la figure de l'opposition de gauche tuée, a nommément accusé M. Ghannouchi d'être responsable du meurtre.

"Les bénéficiaires (du crime) sont les ennemis de la révolution, les ennemis de la stabilité, les ennemis d'Ennahda, et les ennemis du gouvernement", a-t-il martelé.

"C'est un discours d'incitation à la violence (...) c'est un règlement de compte politique, il est temps de s'unir", a-t-il encore dit, ajoutant: "comment pourrait-on participer à ce genre d'actes?".

Les locaux d'Ennahda ont été visés par des manifestants dans plusieurs villes du pays mercredi et des manifestations se multiplient en Tunisie depuis la fin de matinée.

kl-alf/Bsh/sw

PLUS:afp