NOUVELLES

Le fils aîné de Martin Luther King milite contre les armes à feu

06/02/2013 03:13 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

Un fils du militant des droits civiques Martin Luther King a rejoint mercredi plusieurs célébrités américaines au Capitole à Washington pour appeler à renforcer la législation sur les armes.

"Nous vivons dans un pays qui crée une culture de violence, et nous l'avons accepté", a déclaré Martin Luther King III, entouré d'acteurs et de chanteurs, ainsi que de la fille de Robert Kennedy, le frère du président Kennedy, tous deux assassinés dans les années 1960.

"J'espère qu'un jour, nous ne nous contenterons plus de vivre dans une culture où la violence est acceptée, mais que apprendrons à créer une culture de non-violence", a expliqué le fils du pasteur.

Kerry Kennedy n'avait que quatre ans quand son oncle, John F. Kennedy, a été tué à Dallas en 1963. En 1968, son père, Robert, était assassiné en pleine campagne des primaires présidentielles démocrates.

"Il est presque impossible de décrire la douleur de perdre son père dans un meurtre absurde, ni la colère et la peur de savoir que ce meurtre aurait pu être évité si seulement nos dirigeants avaient agi pour arrêter la violence", a-t-elle confié.

Selon elle, plus d'un million de personnes ont été tuées aux Etats-Unis depuis 1968.

D'autres personnalités dont le comédien Chris Rock et le chanteur Tony Bennett s'étaient également déplacées à l'invitation de l'association des Maires contre les armes illégales, présidée par le maire de New York, Michael Bloomberg, et très active pour interpeller le gouvernement et les élus.

De nombreuses propositions de loi font actuellement l'objet de négociations entre démocrates et républicains au Congrès américain, mais beaucoup d'élus, notamment républicains, ont fait part de leurs doutes sur l'efficacité, par exemple, d'interdire les armes d'assaut dites de "style militaire".

Le président Barack Obama a besoin du Congrès pour mettre en place la plupart des réformes qu'il a proposées en janvier, à la suite de la fusillade de Newtown, où 20 enfants et six adultes ont été abattus dasn une école par un jeune tueur équipé d'armes semi-automatiques.

ico/lor

PLUS:afp