NOUVELLES

Des organisations pressent la justice haïtienne de juger Jean-Claude Duvalier

06/02/2013 05:44 EST | Actualisé 08/04/2013 05:12 EDT

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Des organisations internationales ont demandé mercredi aux autorités haïtiennes de ne pas abandonner les poursuites judiciaires contre l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, soupçonné de multiples violations des droits de la personne durant son règne.

Des déclarations séparées publiées par Amnistie internationale et l'organisation américaine Open Society Justice Initiative affirment qu'il est impératif que l'ancien dictateur, surnommé «Bébé Doc», soit poursuivi pour les abus commis alors qu'il dirigeait Haïti.

Jean-Claude Duvalier est abruptement revenu en Haïti en 2011, après 25 ans d'exil en France.

Les autorités haïtiennes ont ouvert une enquête sur les allégations de violation des droits de la personne et d'autres crimes associés à son règne de 15 ans, mais un juge a recommandé il y a un an qu'il soit plutôt accusé de détournement de fonds publics.

Le juge a estimé qu'il n'y avait pas de fondements pour poursuivre Bébé Doc pour crimes contre l'humanité à cause de la prescription prévue par la loi haïtienne, l'un des arguments présentés par les avocats de la défense.

S'il était reconnu coupable de crimes financiers, Jean-Claude Duvalier, âgé de 61 ans, ferait face à une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans.

Les victimes des crimes allégués de Bébé Doc ont porté la décision en appel, et une audience est prévue jeudi à Port-au-Prince.

L'ancien dictateur a reçu l'ordre de se présenter en personne à l'audience, qui coïncide avec le 27e anniversaire de sa fuite d'Haïti après une insurrection populaire.

PLUS:pc