Place au cinéma! ... Du plomb dans la tête, Rouge sang, Stand up guys, Zombie malgré lui... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.

Loading Slideshow...
  • DU PLOMB DANS LA TETE (Bullet to the Head) (5)

    <strong>États-Unis. 2012. 91 min.</strong> Drame policier de Walter Hill avec Sylvester Stallone, Sung Kan, Jason Momoa, Sarah Shahi, Adewale Akinnuoye-Agbaje, Christian Slater. La Nouvelle-Orléans. Pour venger l'assassinat de son partenaire aux mains de Keegan, un redoutable mercenaire, le tueur à gages James Bonomo forge une alliance peu orthodoxe avec Taylor Kwon, agent du FBI et ancien coéquipier du flic corrompu qu'il vient lui-même de descendre. Ensemble, les deux hommes flairent une piste qui les conduit jusqu'à l'avocat Marcus Baptiste et son associé Robert Nkomo Morel, un puissant promoteur immobilier qui a acheté de nombreux policiers de la ville. Pour stopper James, qui décime ses troupes, ce dernier charge Keegan de kidnapper sa fille, une tatoueuse professionnelle qui est tombée dans l'oeil de Taylor. Sur un canevas qui rappelle un peu son 48 HRS., Walter Hill trousse quelques scènes d'action assez percutantes et offre à Sylvester Stallone, en forme pour ses 66 ans, plusieurs bonnes répliques cinglantes. Pour le reste, cette adaptation peu palpitante d'un roman graphique de Colin Wilson et Matz réserve une intrigue plutôt prévisible et bassement racoleuse.

  • ROUGE SANG (4)

    <strong>Canada. 2012. 93 min.</strong> Thriller de Martin Doepner avec Isabelle Guérard, Lothaire Bluteau, Anthony Lemke, Peter Miller, Vincent Leclerc, Arthur Holden. Espérance, une paysanne mère de trois enfants, attend avec impatience le retour de son mari parti au village voisin. Elle est d'autant plus inquiète qu'en ce 31 décembre 1799, une tempête de neige fait rage et isole leur petite ferme située quelque part en forêt dans la vallée du Saint-Laurent. Pendant la soirée, cinq soldats britanniques, dont un grièvement blessé, font irruption dans la maison et se mettent à boire. Grâce à son fils, qui comprend un peu l'anglais, ainsi qu'au capitaine, un homme sensible capable de s'exprimer en français, Espérance apprend que la patrouille vient de tuer un brigand dont la description correspond à celle de son mari. Craignant pour sa vie et celle de ses enfants, la jeune mère met au point un plan pour les éliminer. Le contexte colonial sert ici à forger un climat d'oppression répercuté dans un huis clos qui deviendra le théâtre d'un carnage libérateur. Au-delà des invraisemblances, il faut signaler l'énergie qui se dégage de l'ensemble. Dominée par Isabelle Guérard (DÉTOUR) et Lothaire Bluteau (JÉSUS DE MONTRÉAL), la distribution se soumet avec conviction aux diktats du genre.

  • STAND UP GUYS (4)

    <strong>États-Unis. 2012. 95 min.</strong> Comédie policière de Fisher Stevens avec Al Pacino, Christopher Walken, Alan Arkin, Julianna Margulies, Katheryn Winnick, Vanessa Ferlito. À sa sortie de prison, où il vient de purger seul une peine de vingt-huit ans pour un braquage commis en équipe, Val est accueilli par son ancien acolyte Doc. Ce vieux célibataire, retraité du crime, l'héberge chez lui. Mais Val a plutôt envie de faire une virée pour fêter sa libération et leurs allées et venues entre le bar, le restaurant et la maison close retardent les projets de Doc. Celui-ci a en effet reçu l'ordre, de leur irascible ancien commanditaire, de descendre Val avant la tombée du jour. Alors que l'un et l'autre tombent le masque et que le condamné dit accepter de bonne grâce le sort funeste qui l'attend d'ici dix heures le lendemain, les deux hommes décident d'aller repêcher leur ancien ami Hirsh, qui croupit dans une résidence pour personnes âgées. Leur équipée nocturne, à bord d'un véhicule volé à des hommes de main, prend pour chacun valeur de délivrance. Un beau trio d'acteurs vétérans siffle en coeur un air connu dans cette comédie noire qui balance entre le très bon et le moins pire, le fin et le vulgaire, avec à l'arrière-plan l'ombre fugace de Scorsese et Tarantino. Composé d'invraisemblances et d'instants de grâce en nombre égal, STAND UP GUY se tient debout. C'est déjà beaucoup.

  • ZOMBIE MALGRE LUI (Warm Bodies) (4)

    <strong>États-Unis. 2013. 98 min.</strong> Comédie d'horreur de Jonathan Levine avec Nicholas Hoult, Teresa Palmer, Dave Franco, Analeigh Tipton, John Malkovich, Rob Corddry. Une pandémie a transformé la population mondiale en morts-vivants, à l'exception d'une poignée de survivants réfugiés à l'intérieur d'une immense enceinte circulaire. Durant une partie de chasse en groupe, Julie perd son amoureux aux mains d'un zombie qui, en mangeant son cerveau, absorbe tous ses souvenirs, ainsi que les sentiments qu'il éprouve pour la jeune femme. D'abord terrorisée, celle-ci se laisse progressivement émouvoir par ce zombie romantique qui prend le parti de la protéger de ses semblables et parvient à marmonner quelques mots, dont la première lettre de son prénom. Peu à peu, une étrange relation se noue entre ces deux êtres que tout oppose. Le réalisateur de 50/50 revivifie la recette passablement usée du film de zombies avec une proposition inventive et pleine d'humour. Si le récit s'essouffle dans sa seconde moitié à force de répétitions, Nicholas Hoult (ABOUT A BOY, A SINGLE MAN) demeure touchant et crédible en zombie amoureux.

  • WEST OF MEMPHIS (3)

    <strong>États-Unis. 2011. 147 min.</strong> Documentaire de Amy Berg. En 1994, dans l'État de l'Arkansas, les adolescents Damien Echols, Jason Baldwin et Jesse Misskelley Jr. sont condamnés pour le meurtre de trois garçons de huit ans survenu un an plus tôt dans la petite ville de West Memphis. Mais sous l'impulsion de Lorri Davis, une jeune femme qui a épousé Echols en prison, et avec l'aide financière des cinéastes Peter Jackson et Fran Walsh (THE HOBBIT), une enquête indépendante débute en 2005. Est alors mise en pièces la thèse de la poursuite à l'effet que ce triple meurtre serait lié à un culte satanique. Par ailleurs, de nouveaux tests d'ADN incriminent le beau-père de l'une des jeunes victimes, Terry Hobbs, un individu déjà condamné pour violence domestique. Or, malgré tous ces nouveaux éléments au dossier, la cour se fait tirer l'oreille pour libérer Echols, Baldwin et Misskelley. Complément indispensable à la trilogie PARADISE LOST, qui abordait le même sujet, ce documentaire par la réalisatrice de DELIVER US FROM EVIL synthétise avec clarté ce cas patent d'erreur judiciaire, tout en fournissant de nouveaux faits d'une importance cruciale. Bien qu'alerte et maîtrisée, la réalisation pèche parfois par excès de militantisme.

  • SOUND CITY (4)

    <strong>États-Unis. 2013. 108 min.</strong> Documentaire de David Grohl. Incursion dans les locaux du studio d'enregistrement Sound City à Los Angeles, un lieu mythique qui a vu passer maintes légendes de la pop, du folk et du rock, de Neil Young à Metallica en passant par Fleetwood Mac, Barry Manilow, Nirvana et Red Hot Chili Peppers. David Grohl retrace l'histoire tumultueuse de ce studio mythique (et miteux), depuis sa fondation en 1969 jusqu'à aujourd'hui, commentant chemin faisant l'évolution des techniques d'enregistrement. Même si le ton est parfois complaisant, le dynamisme de la réalisation, ainsi que la diversité des témoignages et des extraits musicaux, le recommandent.