MONTRÉAL - Les ménages canadiens ont vu leurs dépenses en biens et services augmenter presque au même rythme que l'inflation entre 2010 et 2011, sauf dans le cas de l'essence, un poste budgétaire qui s'est accru de manière disproportionnée par rapport au reste.

Les données publiées par Statistique Canada mercredi indiquent que les ménages canadiens ont dépensé en moyenne 55 151 $ en biens et services en 2011, une augmentation de 2,7 pour cent par rapport à l'année précédente.

Le taux d'inflation pour cette même période se situait à 2,9 pour cent.

Les trois postes de dépenses les plus importants sont le logement (27,6 pour cent), le transport (20,4 pour cent) et l'alimentation (14,1 pour cent).

Les dépenses de transport n'ont augmenté en moyenne que de 1,5 pour cent, mais cette catégorie comprend, entre autres, l'achat et l'utilisation des véhicules personnels, leur entretien, les coûts de location, les assurances, permis et droits d'immatriculation, les dépenses de transport en commun et ainsi de suite.

En regardant les composantes de plus près, toutefois, on constate que les ménages ont dépensé en moyenne 2606 $ en essence en 2011, soit une augmentation de 23,7 pour cent par rapport à 2010.

Une autre dépense qui est en forte croissance, quoique beaucoup moindre que l'essence, est celle des communications qui, à 1825 $, était en hausse de 5,1 pour cent. Les composantes individuelles de ce poste budgétaire nous apprennent que c'est en Alberta que l'on retrouve la plus forte proportion de personnes disposant d'un accès internet à la maison (87,3 pour cent). Et c'est au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador que l'on retrouve la proportion la plus faible (72,6 pour cent).

À l'opposé, les ménages canadiens ont dépensé moins pour leur alimentation en 2011, soit 7795 $, ce qui représente une baisse de 0,4 pour cent par rapport à 2010. Cette diminution est attribuable aux aliments achetés en magasin, où la baisse est de 1,8 pour cent. Les dépenses ont surtout diminué dans le cas des fruits, des produits céréaliers, des oeufs et des produits laitiers.

Aussi sur Le HuffPost:

Pauvreté: Les écarts entre riches et pauvres dans les principales villes canadiennes
Loading Slideshow...
  • 8: Québec: 22 %

  • 8: Québec: 22 %

    Avec une hausse de 22 % de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres, la ville de Québec enregistre la plus faible croissance des inégalités parmi les grandes villes canadiennes. Toutefois, Québec a enregistré une baisse de revenus dans 6 quartiers sur 10 entre 1980 et 2005, l'une des plus importante au pays.

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

    Winnipeg a enregistré une hausse de 31,5 % de l'écart entre riches et pauvres entre 1980 et 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus fondre de 7,6 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 6: Montréal: 34 %

  • 6: Montréal: 34 %

    L'écart entre riches et pauvres à Montréal a grimpé de 34 % à Montréal de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 5: Vancouver: 36,5 %

  • 5: Vancouver: 36,5 %

    L'écart entre riches et pauvres à Vancouver a grimpé de 36,5 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 26 %.

  • 4: Ottawa: 37 %

  • 4: Ottawa: 37 %

    L'écart entre riches et pauvres à Ottawa a grimpé de 37 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu néanmoins leurs revenus grimper de 1,3 %, mais les 10 % les plus riches ont enregistré une hausse de revenus de 36 %.

  • 3: Edmonton: 39 %

  • 3: Edmonton: 39 %

    L'écart entre riches et pauvres à Edmonton a grimpé de 39 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 7,8 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 31,5 %.

  • 2: Toronto: 68 %

  • 2: Toronto: 68 %

    L'écart entre riches et pauvres à Toronto a grimpé de 68 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 5,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 62,5 %.

  • 1: Calgary: 81 %

  • 1: Calgary: 81 %

    Avec une hausse de écart entre riches et pauvres de 81 %, Calgary remporte la palme de la ghettoïsation. Selon les chercheurs, la hausse des revenus dans les quartiers les plus riches n'a pas entraîné les quartiers les plus pauvres vers de meilleurs revenus.