De graves lenteurs bureaucratiques frappent quelque dix mille résidents étrangers du Canada, dont au moins un millier de Français souhaitant obtenir le titre de résidence permanente, ont affirmé mardi leurs représentants venus manifester à Ottawa.

Ils se sont donné le nom "d'Oubliés de Buffalo", car le retard pris dans le traitement de leurs dossiers, qui atteindrait jusqu'à deux ans pour certains, est consécutif à la fermeture en mai 2012 du consulat général du Canada dans cette ville américaine voisine, décidée pour des raisons d'économie.

Venus surtout de France, d'Italie ou du Maroc, ces résidents étrangers déjà établis au Canada avec des permis de travail temporaires avaient déposé à Buffalo leur épais dossier et versé des milliers de dollars en taxes, ont-ils expliqué lors d'une conférence de presse, suivie d'une manifestation de quelques dizaines de personnes devant le parlement fédéral.

Aujourd'hui, certains d'entre eux se trouvent dans l'impossibilité de travailler, sans assurance maladie, et sont parfois obligés de quitter le Canada.

Une porte-parole du Nouveau Parti Démocratique (NDP, opposition), Jinni Sims, a dénoncé le "cafouillage" des conservateurs au pouvoir qui a "transformé en cauchemar le rêve canadien de milliers de personnes".

Leurs dossiers ont été "froidement oubliés et leurs vies mises en veilleuse, voire fortement perturbées", a-t-elle ajouté.

"Les oubliés de Buffalo ont 10.000 histoires personnelles à raconter aux Canadiens", a souligné Michelle Dorion, porte-parole des manifestants.

Le traitement des dossiers de Buffalo a été transféré à un bureau mis en place à Ottawa. Le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration assure que 15% ont déjà été traités et que le reste le sera d'ici septembre, a précisé Mme Dorion.

Une porte-parole du ministère a confirmé à l'AFP que "la plupart des dossiers transférés de Buffalo à Ottawa seraient traités d'ici l'été 2013".

Tiana Gabriel a souligné que, les services concernés étant transférés au Canada, ils créaient des emplois pour les Canadiens et que leur centralisation permettait de les améliorer.

amc/via/sam



Loading Slideshow...
  • Les faits saillants du recensement 2011

    . (AFP/Getty Images)

  • 33,476,688 habitants

    En mai 2011, le Canada comptait 33 476 688 habitants, près du double par rapport à 1961 et 10 fois plus qu'en 1861. (Alamy)

  • La croissance s'accélère

    La population canadienne a crû de 5,9 % entre 2006 et 2011, davantage que les 5,4 % enregistrés au cours des cinq années précédentes. (<a href="http://www.flickr.com/photos/jtbradford/" target="_hplink">Flickr: jtbradford</a>)

  • La ruée vers l'Ouest

    Pour la première fois, davantage de Canadiens (30,7 %) vivent à l'ouest de l'Ontario qu'au Québec et en Atlantique réunis (30,6 %). (Flickr: <a href="http://www.flickr.com/photos/derekgavey/" target="_hplink">derekGavey</a>)

  • Premier de classe

    La croissance de la population canadienne entre 2006 et 2011 est la plus forte des pays du G20. (<a href="http://www.flickr.com/photos/33498942@N04/" target="_hplink">Flickr: WarmSleepy</a>)

  • L'exception à la règle

    Toutes les provinces et tous les territoires - sauf les Territoires du Nord-Ouest avec deux habitants de moins - ont enregistré une croissance de leur population. (AP)

  • L'Ontario s'essouffle

    Le taux de croissance a fléchi à 5,7 % en Ontario, le plus bas dans la province depuis le débutd es années 80. (Alamy)

  • La Saskatchewan sort du rouge

    La croissance de la population en Saskatchewan atteint 6,7 %, contre une décroissance de 1,1 % entre 2001 et 2006, notamment grâce à l'accueil de 28 000 immigrants au cours des cinq derniers dernières années. (<a href="http://www.flickr.com/photos/justaprairieboy/" target="_hplink">Flickr: Just a Prairie Boy</a>)

  • Le Yukon et le Manitoba décollent

    Le taux de croissance au Yukon (11,6 %) et au Manitoba (5,2 %) a doublé depuis 2006. (<a href="http://www.flickr.com/photos/us_mission_canada/" target="_hplink">Flickr: US Mission Canada</a>)

  • L'Atlantique grandit aussi

    Le taux de croissance à l'ïle-du-Prince-Édouard (3,2 %), au Nouveau-Brunswick (2,9 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (1,8 %) a augmenté substantiellement entre 2006 et 2011. (<a href="http://www.flickr.com/photos/jw1697/" target="_hplink">Flickr JaimeW</a>)

  • Les villes dominent...

    Près de 7 Canadiens sur 10 vivaient dans l'un des 33 centres urbains en 2011. (<a href="http://www.flickr.com/photos/markwoodbury" target="_hplink">Flickr mark.woodbury</a>)

  • ...mais pas en Ontario...

    La croissance de la population qui vivait dans les grandes villes de l'Ontario a ralenti de 2006 à 2011. (<a href="http://www.flickr.com/photos/husseinabdallah/" target="_hplink">Flickr abdallahh</a>)

  • ...mais tout le monde est parti en Alberta?!?

    Sur les 15 communautés urbaines du pays ayant enregistré les plus fortes croissances, 10 sont situées en Alberta. (AFP/Getty Images)