NOUVELLES

Un journaliste français tué dans le nord syrien

18/01/2013 06:59 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Un journaliste français de 58 ans a été tué, selon des militants, par l'armée dans le nord syrien également en proie à de violents combats entre jihadistes et combattants kurdes de Syrie qui se disputent un point de passage vers la Turquie.

Yves Debay, d'origine belge, a été abattu jeudi par un tireur embusqué alors qu'il effectuait un reportage à Alep dans le nord de la Syrie, où au moins 17 journalistes professionnels, étrangers et Syriens, et 44 citoyens-journalistes ont été tués en 22 mois, selon Reporters Sans Frontières.

Il a été tué près de la prison centrale à la lisière nord de la métropole où de violents combats opposaient rebelles et soldats, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des photos et vidéos montrant son cadavre portant une trace de balle dans la tête ainsi que son accréditation de presse auprès du ministère français de la Défense ont été mises en ligne par des militants anti-régime.

"Il a été tué sur un des fronts d'Alep" jeudi, "abattu par un tireur embusqué du régime", ont affirmé des militants à Alep.

L'un d'eux a rapporté à l'AFP sous le couvert de l'anonymat avoir transporté le corps du journaliste dans une ambulance se rendant au poste-frontière de Bab al-Salama vers la Turquie.

"Les circonstances exactes de sa mort ne sont pas encore claires, mais il semble qu'il soit entré dans une rue extrêmement dangereuse où étaient positionnés des membres de l'armée et des milices du régime", a-t-il ajouté.

M. Debay travaillait pour Assaut, une revue spécialisée dans les affaires militaires qu'il avait fondée il y a cinq ans.

Personnalité haute en couleurs, il avait servi dans des unités d'élite de l'ex-armée rhodésienne, les services de sécurité du régime blanc au pouvoir jusqu'en 1980 dans ce qui est devenu le Zimbabwe.

A plusieurs centaines de kilomètres à l'est d'Alep, des combats d'une violence sans précédent opposaient combattants kurdes syriens à quelque 300 combattants islamistes venus de la Turquie près du poste-frontière de Rass al-Aïn tenu par les rebelles, selon l'OSDH.

"Des membres de groupes armés liés au Front (jihadiste) Al-Nosra ont traversé la frontière turque avec trois chars pour entrer dans Rass al-Aïn" jeudi, a indiqué à l'AFP un militant anti-régime, se faisant appeler Havidar.

Les Kurdes sont parvenus à prendre vendredi l'un de ces chars au Front al-Nosra, récemment placé par Washington sur sa liste des groupes terroristes pour liens présumés avec Al-Qaïda, a-t-il ajouté.

Selon Mohammed, un habitant de Rass al-Aïn, "les combattants kurdes ont reçu (jeudi après-midi) des renforts pour faire face à l'assaut le plus violent lancé par les rebelles depuis leur arrivée dans la ville" en novembre.

Depuis le début du conflit, les Kurdes cherchaient à rester à l'écart de la guerre, mais ils ont été accusés par les rebelles de faire le jeu du régime dont les troupes se sont retirées sans résistance de plusieurs régions kurdes.

Des combattants du Parti de l'Union démocratique kurde (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes de Turquie), ont maintes fois combattu Al-Nosra et Ghouraba al-Cham à Rass Al-Aïn.

Ailleurs dans le pays, une soixantaine de personnes ont péri dans des violences, plus de la moitié près de Damas et à Alep, selon l'OSDH.

Comme tous les vendredis depuis bientôt deux ans, les manifestations anti-régime ont commencé dans plusieurs villes, cette fois en soutien à l'université d'Alep où des bombardements ont fait 87 morts mardi. Régime et rébellion se sont rejeté la responsabilité de cette attaque.

bur-sbh/feb

PLUS:afp